La patrimonialisation des jeux vidéo et de l'informatique. : Ethnographie en ligne et hors ligne d'une communauté de passionnés

par Jean-Baptiste Clais

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie politique

Sous la direction de Michel Rautenberg.

Soutenue le 14-10-2011

à Saint-Etienne , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Centre Max Weber / CMW (laboratoire) .

Le président du jury était Paul van der Grijp.

Le jury était composé de Dominique Cardon, Serge Chaumier, Giuliana B. Prato.


  • Résumé

    Notre objet est une communauté de 300 à 400 passionnés-collectionneurs de vieux ordinateurs et de vieux jeux vidéo des années 1970-90, autrement appelés « vieilles machines », dispersés dans toute la France ainsi qu’en Belgique et en Suisse. Cette communauté est organisée en premier lieu par des forums sur internet bien qu’émanant d’associations locales. Ces forums servent à l’échange d’informations et de matériel de collection entre passionnés. Un système de valeur riche et complexe organise les relations sociales autours de l’amour et de l’utilisation des vieilles machines, d’une volonté de partage du savoir et du rejet de la spéculation. Le partage est au cœur de l’imaginaire et des pratiques de cette communauté. Il n’est pourtant pas la règle dans les économies qui l’entourent (eBay, brocantes, sites d’enchères divers). Or à l’époque des fondateurs de la communauté vers 1998, les passionnés pouvaient alors s’approvisionner gratuitement ou presque. Ils ont donc ressenti la mise en place d’un marché extérieur comme une forme d’expropriation. Ils ont donc réorganisé les règles de vie et d’échange au sein de la communauté pour contrecarrer la hausse des prix interne que générait la hausse sur le marché extérieur. Ils ont à la fois promu la notion d’échange mutuellement profitable contre l’idée de profit, organisé un système de tabou sur les prix réel des objets, tirant parti du statut de prescripteurs. Ils ont ainsi réussi à créer une niche économique, un marché à bas prix, à l’accès fermement contrôlé mais au sein duquel, une fois intégré, après avoir construit une situation par une « carrière » chacun peut profiter d’un système d’entraide généralisée.

  • Titre traduit

    Making video games and microcomputer a cultural heritage : Online and offline ethnography of a hobbyist community


  • Résumé

    This work is about a community of 300 to 400 hobbyist-collectors of micro-computers and video-games from the 70’s to the 90’s which they call “vieilles machines”. They are scattered all over France, Belgium and Switzerland. This community communicates through online forums although they belong to local offline associations. These forums are mainly used to exchange objects and information among collectors. A rich and complex system of value and representations organizes the social relationships. The main points are: the love of the “vieilles machines”, the will to use them, sharing knowledge and rejection of speculation. Sharing is the very basis of the social imaginary of the community. Sharing isn’t however the rule in neighboring economic systems (eBay, garage sales other online auction websites). Yet, during the first time of the community around 1998, when these objects were only obsolescent technical rubbishes, the community members could collect for free or very few money. Thus they felt as if they have been stolen when an outside market developed and prices increased. As a reaction, they changed social norms and exchange rules inside the community in order to temper the internal increase of the prices caused by outside market’s increase. They both promoted the idea of mutually satisfactory exchange and organized a taboo on the object’s real price using the position of major online opinion leaders on their subjects. They managed to create a niche economy, a low price market in which one cannot integrate easily but in which when fully integrated, after building one’s position through a “career” one can beneficiate from an extend system of generosity and mutual aid.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.