Acquisition de la référence personnelle en LSF : analyse longitudinale des pointages, des formes nulles et des noms signés chez une enfant sourde de parents sourds

par Fanny Limousin

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christian Cuxac.

Soutenue en 2011

à Paris 8 .


  • Résumé

    La recherche porte sur la question de l’acquisition de la référence personnelle à la première personne et à la deuxième personne en position sujet en langue des signes française. Elle se base sur le développement du pointage, de la forme nulle, et du nom-signé en langue des signes française (LSF) dans une dyade parent-enfant, celle-ci (Charlotte) étant âgée de 8 mois à 3 ans. Je justifie de la pertinence du sujet en explorant et comparant les travaux des nombreux auteurs qui se sont déjà intéressés, de près ou de loin, aux gestes et pointages des langues vocales et des langues des signes, dans des cadres d’analyse différents. L'un des cadres retenus est celui de la théorie de l’iconicité pour son analyse des structures de transferts, ce qu’aucune recherche jusqu'alors n’a développé en acquisition chez un enfant de moins de trois ans. Finalement, j’introduis la question de l’acquisition de la référence personnelle à la première et à la deuxième personne tant sur le plan développemental de l’interaction vocale que sur celui de l’interaction signée. Ce travail se situe au croisement de plusieurs axes : interaction, acquisition et linguistique. Au niveau linguistique, j’étudie plusieurs formes de référence à la première personne et à la deuxième personne en position sujet. En effet, des formes nulles et des noms signés peuvent éventuellement prendre la place du pointage de première et deuxième personnes chez l’enfant acquérant la LSF comme langue première.

  • Titre traduit

    Acquisition of personal reference in LSF (French Sign Language)


  • Résumé

    The research focuses on the acquisition of reference to first and second persons in subject position in LSF (French Sign Language). Pointing, null forms and name signs are analyzed in the longitudinal data of a deaf child with deaf parents filmed at home by the author between the ages of 8 months and 3 years. The relevance of this issue is justified at first through the exploration and comparison of the work of a number of authors who have studied gestures, and particularly pointing gestures, in vocal and signed languages using various theoretical frameworks. One of the approaches used is the focus on iconicity and the analysis of the structures of personal transfer. This research is the first to use this approach on the longitudinal data of a young child. An overview of the acquisition of personal reference in the first and second persons in vocal and signed languages is then presented. This research is therefore at the crossroads of interactive, acquisition and linguistic studies. At the linguistic level, in this study, I analyze various forms of subject reference to first and second persons. Null forms and name signs can indeed possibly be used for first and second person pronouns in the productions of children acquiring LSF as a first language.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (313 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 302-313

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2997
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.