Genèse d’un problème public : les « addictions ». : D’un concept médical à une catégorie d’action publique ou la transformation des drug policies contemporaines.

par Nicolas Fortane

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jean-Louis Marie.

Soutenue le 23-06-2011

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Triangle, action, discours, pensée politique et économique (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Renaud Payre.

Le jury était composé de Henri Bergeron.

Les rapporteurs étaient Pierre Muller, Patrick Hassenteufel.


  • Résumé

    Voilà une vingtaine d’années que le concept d’addiction a été élaboré par quelques psychiatres et chercheurs en neurosciences afin de rendre compte, à travers un nouveau regard, des phénomènes de dépendance (en associant drogues illicites, alcool et tabac). Il a ensuite été utilisé pour la première fois en 1999 dans une politique publique en France, à savoir le plan triennal de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT).Le processus de construction du problème public des addictions constitue ainsi l’objet de cette thèse. Dans quelles mesures la reconfiguration de certains espaces des champs médical et politico-administratif a partie liée à l’institutionnalisation du paradigme addictologique et comment celui-ci a contribué à transformer les drug policies contemporaines ? Le problème public des addictions doit son émergence au succès politique d’un petit groupe d’acteurs qui a su transposer un concept médical dans le langage de l’action publique. Dans le prolongement des politiques de réduction des risques, les addictions bousculent le mode de régulation des usages de drogues, en favorisant leur sanitarisation plutôt que leur pénalisation. Par le biais d’une sociologie historique et politique de l’action publique, cette thèse retrace ainsi la genèse de l’addictologie et des drug policies françaises jusqu’au plan triennal de la MILDT de 1999.

  • Titre traduit

    Genesis of a public problem : the “addictions”. : From a medical concept to a public policy category or the shift of contemporary drug policies.


  • Résumé

    It has been about twenty years that the addiction concept has been elaborated by some psychiatrists and neuroscientists in order to define dependence phenomena in a new way (by associating illicit drugs with alcohol and tobacco). Then it has been used for the first time in 1999 in a public policy in France, i.e. the three-year plan of the Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT).The construction process of the “addiction” public problem constitutes this thesis subject. In which way the reconfiguration of some spaces of the medical and political fields is connected to the institutionalization of the addictological paradigm and how this one has led to transform contemporary drug policies? The “addiction” public problem emerged thanks to the political success of a small group of actors who transposed a medical concept into the language of public policy. In the continuation of harm reduction policies, addictions reshape the regulation model of drug use by promoting their sanitarization rather than their criminalization. Through a political and historical sociology of public policy, this thesis thus traces the genesis of French addictology and drug policies until the MILDT’s three-year plan of 1999.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.