Deux siècles de protestantisme en Chine : Missions, indigénisation et défis

par Laurence Muhlheim

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Lionel Obadia.

Soutenue le 13-12-2011

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Centre de Recherche et d'Etudes Anthropologiques (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Pierre Bastian.

Le jury était composé de Vincent Goossaert, Claude Prudhomme.


  • Résumé

    Cette thèse examine les conditions d’implantation, de diffusion et d’acclimatation du protestantisme en Chine depuis l’apparition des premières missions protestantes à nos jours. Elle retrace, dans le long terme, la manière dont les communautés ecclésiales sont devenues autonomes et ont spécifié ces critères d’autonomie. La partie la plus dynamique et porteuse d’avenir se trouve dans les Eglises de maison, fortement imprégnées de la théologie évangélique et pentecôtiste qui remonte aux faith missions du 19ème siècle, elles-mêmes issues des revivals anglo-saxons. Chaque chapitre illustre l’un des grands moments qui ont scandé l’histoire du protestantisme chinois, avec pour objectif d’intégrer ces périodes et leurs acteurs dans le mouvement global de son installation en Chine, pour montrer que la dynamique d’acculturation qui l’accompagne a pu se maintenir précisément en vertu de sa rapidité - le sort du protestantisme en Chine semble s’être joué en quelques décennies seulement. Les enchainements chronologiques (missions, processus d’autonomie, Réveils chinois, communisme et création d’une Eglise d’état, etc.) ont fait sens et ont permis au protestantisme de s’enraciner en tant que religion populaire grâce à des patriarches de l’Eglise chinoise devenus des icônes en résistant aux répressions du gouvernement communiste. La vitalité des Eglises de maison en marge de l’Eglise gouvernementale réside dans la volonté des différents réseaux d’Eglises de maison d’harmoniser leur théologie dans l’objectif d’un projet missionnaire commun à vocation transnationale.

  • Titre traduit

    Two centuries of Protestantism : missions, indigenization, challenges


  • Résumé

    This thesis examines the conditions of implementation, dissemination and acclimatization of Protestantism in China from the appearance of the first Protestant missions to the present. It traces, in the long run, the way the communities have become self-governing and have specified the criteria of independence. The most dynamic and promising future is in the house church movement, strongly impregnated with evangelical and Pentecostal theology dating back to the 19th century faith missions, themselves derived from Anglo-Saxon revivals. Each chapter illustrates one of the great moments that have punctuated the history of Chinese Protestantism, with the aim of integrating these periods and their actors in a global dynamic, in order to show that the protestant acculturation was realised in only several decades. The chronological sequences (missions, autonomy process, revivals, communism, creation of a state church, etc.) hastened Protestantism to take roots as a popular religion. Patriarchs of the Chinese church became icons by resisting the communist government repression. The vitality of the house church movement resides in the will of the various networks to harmonize their theology for the purpose of a transnational missionary project.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.