Perception et représentation de l’odeur chez les patients souffrant de schizophrénie : création et exploitation d’un test olfacto-visuel

par Marie-Line Hamtat

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jack Doron et de Gilles Sicard.

Le président du jury était Grégory Michel.

Le jury était composé de Marie-France Archambault.

Les rapporteurs étaient Henri Chabrol, François Feron.


  • Résumé

    Dans la schizophrénie, de nombreux patients présentent un manque de soins d’hygiène personnelle, caractéristique du versant négatif de la symptomatologie. Cette négligence donne naissance à une odeur corporelle nauséabonde, qui d’antan fut un élément déterminant du diagnostic. Les prises en charge de ce symptôme, focalisées sur les soins fondamentaux de la toilette, sont souvent une gageure et échouent. En nous inscrivant dans une démarche pluridisciplinaire, nous tentons de donner du sens aux odeurs corporelles dans la schizophrénie. Notre hypothèse est que les comportements d’hygiène personnelle pourraient être conditionnés par les capacités du système olfactif des patients, sujet tout juste effleuré jusqu’ici. Une épreuve d’identification d’échantillons odorants au moyen d’images photographiques des sources d’odeurs potentielles a été normalisée : le test olfacto-visuel (TOV). L’application du TOV a permis de montrer un défaut des capacités d’identification olfactive chez les patients, sa relation avec la symptomatologie et les compétences sociales des patients. La mise en place d’un atelier thérapeutique à médiation olfactive a conduit à montrer les conséquences bénéfiques de la prise en charge de la sensorialité olfactive sur l’évolution des capacités olfactives, la symptomatologie, les comportements hygiéniques et alimentaires ainsi que sur le vécu affectif des patients atteints de schizophrénie. Ces derniers montrent aussi des dysfonctionnements de la sphère émotionnelle. Nous avons d’abord réanalysé les liens existants entre la caractéristique hédonique des odorants et les émotions dans la population générale, puis repoussé leurs simplifications habituelles. Les liens entre odeurs perçues et émotions évoquées par les échantillons odorants apparaissent perturbés chez les patients. Ce travail de recherche propose une relecture de la perception olfactive dans la schizophrénie et montre l’intérêt thérapeutique de son exploitation. L’évolution clinique positive des comportements d’hygiène personnelle, après la prise en charge olfactive, valide l’hypothèse du rôle de l’odeur corporelle en tant que gardien de l’existence. L’ « être-au-monde odorant » des patients possède une fonction identitaire dans la schizophrénie.

  • Titre traduit

    Olfactory perception and representation in schizophrenia patients : creation and exploitation of an olfacto-visual test


  • Résumé

    In the case of schizophrenia, numerous patients have poor personal hygiene, which is typical of negative symptomatology. This self-neglect engenders offensive body odor which also was in the past a crucial element for the diagnosis. Attempts to address the manifestations of that symptom by focusing on the principles of basic grooming often prove a losing battle and fail. Thanks to an interdisciplinary approach, our endeavor is to try and give meaning to body odor for schizophrenics. Our hypothesis is that personal hygiene behavior could be conditioned by the patients’ olfactory system capacities – a domain which has barely been studied to this day. An olfactory stimuli identification test of potential odor sources via photographic images has been standardized: the olfacto-visual test (OVT). The OVT’s application has permitted to reveal an olfactory identification deficit in the patients, its relation to symptomatology and the patients’ social skills. The setting up of a therapeutic workshop through olfactory mediation has led to show the beneficial consequences of the caring for the sense of smell on the evolution of olfactory skills, symptomatology, hygiene and dietary patterns, as well as on the patients’ emotional life. Patients suffering from schizophrenia also present emotion-management troubles. We have first analyzed the existing links between the hedonic characteristics of odorants and the emotions among the general population anew, and then questioned the usual simplifications about them. The links between perceived odors and emotions produced by the odor samples appeared as blurred for the patients. This research offers a new approach of the olfactory perception in schizophrenia and shows the therapeutic interest of its exploitation. The positive clinical evolution of personal hygiene behavior after the olfactory caring confirms the hypothesis of the role of body odor as a token of existence. The patients’ bad body odor reveals an identity function in schizophrenia.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (271 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 244-268

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : VTP 2011/2+1
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.