Écritures du corps dans la littérature sénégalaise. Esquisse d'une corporéité et implications plurielles : de Senghor à Ken Bugul

par Aimé Gomis

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue le 21-10-2010

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Daniel-Henri Pageaux.

Le jury était composé de Jean Bessière, Daniel-Henri Pageaux, Papa Samba Diop, Bernard Mouralis.


  • Résumé

    L'identité constitue une des notions-clés des littératures africaines. Elle prend une résonance particulière chez Senghor et chez Ken Bugul ainsi que chez beaucoup d’écrivains sénégalais. Elle permet d’établir une passerelle épistémologique avec le corps. Ainsi, les discours sur le corps aident à comprendre les enjeux identitaires qui animent la tension dramatique des structures narratives. Par exemple chez Cheikh Hamidou Kane, le corps devient le motif d'une appréhension métaphysique de l'"esse". Dans les autobiographies de Ken Bugul, l’affirmation identitaire du Moi féminin relève tout simplement d’un caractère existentiel, surtout à un moment où les littératures sont marquées par les conflits de genres. Cependant, l’on convient que le débat sur l’identité et le corps a son importance dans le saisissement de la psychologie du personnage. Il a aussi son importance dans le conditionnement du sens, celui à travers lequel la société révèle ses vices tout comme ses vertus. C’est pourquoi d’ailleurs chez Sembène, Abasse Ndione, Sanou Lô, Marouba Fall, Seydi Sow ou encore El Hadji Momar Sambe, la résonance sociale du discours littéraire aide à rétablir les parcelles de sens auxquelles renvoie toute écriture du corps. Telle est l’ambition de cette thèse qui s’est voulue avant tout un échange comparatiste entre des textes dont la richesse est à rechercher dans leur proximité thématique.

  • Titre traduit

    Writings of the Body in Senegalese Literature. Sketches of Corporeality and Plural Implications : From Senghor to Ken Bugul


  • Résumé

    Identity constitutes one of the fundamental themes of African literature. It takes on a resonance in the writing of Senghor and Ken Bugul as well as in the writing of many Senegalese writing. It allows the establishment of an epistemological footbridge with the body. Therefore, the discourses about the body help to understand what is at stake concerning identity which livens up the dramatic tension of the narrative structures. For example, in the work of Cheikh Hamidou Kane, the body becomes the motive for a metaphysical apprehension of the "esse". In Ken Bugul’s autobiographies, the affirmation of identity of the feminine "Me" refers to the existential condition, especially when the literatures show the conflicts of gender. However, we agree that the debate on identity and the body has its importance in the understanding in the psychology of the character. It also has its importance in the construction of meaning, through which society reveals its vices and virtues. Moreover, that is why in the works of Sembene, Abasse Ndione, Sanou Lô, Marouba Fall, Seydi Sow or still El Hadji Momar Sambe, the social implication of literary discourse fragments of meaning to which all writing about the body refers. The ambition of this thesis is to construct a comparative exchange between their richness of meaning.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.