Histoire coloniale, fiction féminine : Frictions en francophonies. Étude comparative d'oeuvres de Maryse Condé et d'Assia Djebar

par Gaëlle Corvaisier

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue le 15-01-2010

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Xavier Garnier.

Le jury était composé de Jean Bessière, Xavier Garnier, Romuald Fonkoua, Bernard Mouralis.


  • Résumé

    Pourquoi le passé colonial français lointain (esclavagisme aux Antilles entre XVe et XIXe siècles) ou plus récent (Algérie française de 1830 à 1962 ; colonisation française en Afrique de 1895 à 1958) hante les œuvres d’écrivains francophones en postcolonialisme ? Comment l’irrésolution de tensions historiques façonne les récits de l’Antillaise Maryse Condé (Célanire cou-coupé, La Belle Créole) et de l’Algérienne Assia Djebar (Les nuits de Strasbourg, La disparition de la langue française) ? Par l’étude de personnages aux frontières mémorielle, territoriale et identitaire, ces auteurs déroulent les maux de l’histoire à travers le prisme de la mémoire. Les décès, assassinats et tortures, et la pérennité de cette violence à travers les générations soulignent l’irrésolution d’une mémoire coloniale et impérialiste. Avec la question de l’altérité et du regard porté sur la figure de l’autre, cette étude analyse des frictions identitaires : solidarité ethnique et sociale ; cercle vicieux qui lie bourreaux et victimes ; stigmatisation du couple mixte ; transgression des codes sociaux soulignant leur inanité ; communauté LGBTI et propension individuelle à intérioriser des préjugés malgré leur préjudice ; peurs issues de l’indéterminisme de personnages métis. Avec des personnages passeurs de frontières, la marge et le centre, la frontière et l’entre-deux deviennent des espaces d’exploration d’un multiculturalisme illimité. C’est donc une décolonisation des imaginaires dont il est question.

  • Titre traduit

    French Colonial History, Women’s Fiction : Frictions in Francophonies A Comparative Study of Selected Novels by Assia Djebar and Maryse Condé


  • Résumé

    Why, postcolonialism, do distant French colonial events (slavery in the West Indies in the 15th to 19th centuries) and more recent French colonial histories (French Algeria from 1830 to 1962; the French colonization of Africa from 1895 to 1958) continue to haunt the novels of Francophone authors? How are the novels of West Indies writer Maryse Condé (Célanire cou-coupé, La Belle Créole) and Algerian writer Assia Djebar (Les nuits de Strasbourg, La disparition de la langue française) shaped by unresolved historical tensions? By creating characters that struggle with issues of cultural memory, identity and territory, these writers revisit historical sorrows through the prism of memory. Death, assassination, torture, and enduring violence through generations underline the irresolution of colonial and imperial memory. By taking a critical look at marginalization and at those who have been marginalized, this study analyses frictions related to identity: ethnic and social solidarity; vicious circles that link victims and perpetrators; stigmatization of mixed couples; transgression of social codes, which underline their inanity; the LGBTI community and the propensity of its members to internalize prejudices despite their obvious bias; fears of racial indeterminacy. With these migrant characters, the edge and the center, the border and the cross borders, become places of exploration for multiculturalism. It is, therefore, a decolonization of imagination that is at play.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.