Inventions biotechnologiques et droit commun des brevets

par Olivier Le Quéré

Thèse de doctorat en Droit privé et sciences criminelles

Sous la direction de Jérôme Passa.

Soutenue en 2010

à Caen .


  • Résumé

    Le droit des brevets européens s'est orienté, avec l'adoption de la directive 98/44/CE, vers une extension de l'appropriation sur les produits et procédés biologiques. Ce mouvement a cependant marqué le pas, d'abord lors de la transposition du texte communautaire dans certains pays, puis par l'interprétation qu'en a finalement donnée la Cour de justice. Toutefois, pour limiter les effets contestables de l'octroi de tels brevets, il semble finalement que c'est un droit particulier qui doit s'appliquer lorsque l'invention est vivante. Or, une telle approche est contestable et peut être évitée. Il est en effet possible d'interpréter le droit des brevets au regard de sa fonction : récompenser l'inventeur et encourager le partage de l'invention. Cela conduit à considérer que l'invention ne réside pas dans le produit ou le procédé, mais dans l'apport de l'homme à la société. Il devient alors possible d'appliquer cette définition aux produits et procédés préexistants à l'intervention de l'homme, distinguant ainsi son monopole de ce qui n'est pas appropriable sans avoir recours à un droit dérogatoire. Une fois cette définition proposée, il convient de vérifier que les conditions de brevetabilité s'appliquent également de façon similaire entre les inventions biotechnologiques et les inventions inertes. Si les conditions « traditionnelles » ont été adaptées sans réelles difficultés, même si certains progrès vers une application uniforme peuvent encore être proposés, il faut en revanche constater que l'ordre public et les bonnes mœurs ont vu leur rôle trop restreint, alors qu'au contraire, c'est face aux inventions biotechnologiques qu'ils devraient donner leur pleine mesure

  • Titre traduit

    Biotechnological inventions and common patent law


  • Résumé

    European patent right was going, with the adoption of the 98/44/CE directive, through an extension of the appropriation of biological products and processes. This movement has stalled, though, first when implementing the text in some EU countries, then the interpretation that finally gave the Court of Justice. However, to limit the questionable effects of granting such patents, it seems finally that it is a particular law that is applied apply when the invention is biological. Such an approach is questionable and can be avoided. It is possible to interpret the patent law in relation to its function: to reward the inventor and encourage the sharing of the invention. This leads to the conclusion that the invention does not reside in the product or process, but the contribution of the inventor to society. It then becomes possible to apply this definition to existing products and processes with human intervention, thus distinguishing its monopoly form what is not appropriated without a derogatory law. Once this definition is proposed, it must be checked if the conditions for patentability apply similarly between biotechnological inventions and inert inventions. If the “traditional” conditions were adapted without any real difficulty, although some progress towards a uniform application can still be proposed, it must be noted however that “ordre public” and morality have seen their roles too small, while it is face to a biotechnological inventions that they should give their full extent

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (592 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p541-581. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN D 2010 LEQUERE B

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun des bibliothèques. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIROF/LEQ
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1061-2010-7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.