Espace et temps dans Lucy de Jamaica Kincaid, The chosen Place, The Timeless People de Paule Marshall et Mama Day de Gloria Naylor

par Florentina Cornelia Rosca

Thèse de doctorat en Littérature américaine

Sous la direction de Ada Savin.

Soutenue en 2009

à Versailles-St Quentin en Yvelines .


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’explorer les géographies narratives dans les romans de trois écrivains africains-américains contemporains: Jamaica Kincaid, Paule Marshall et Gloria Naylor. Cette étude interdisciplinaire porte sur les représentations littéraires de l’espace et du temps tout en postulant que les trois textes font partie de l’espace diasporique et de l’Atlantique noir. La quête des origines de nos protagonistes ainsi que leurs routes définissent les principaux espaces narratifs : l’île natale en tant que trope central, les lieux de transition et, reléguée à la périphérie – la ville d’exil. Chaque espace narratif apparaît comme une géographie ontologique sur laquelle s’articulent le temps, le mouvement, l’exil et la mémoire. Cette étude suit la relation dichotomique entre île etmétropole, ainsi que les tensions entre leurs temporalités respectives: d’une part, la perception cyclique du temps, de l’autre, le temps linéaire. L île apparaît dans les trois romans comme lieu primordial alors que l’écriture devient un moyen de s’emparer du temps passé.

  • Titre traduit

    Space, place and time in Jamaica Kincaid's Lucy, Paule Marshall's The chosen place, the timeless people and Gloria Naylor's Mama Day


  • Résumé

    This doctoral dissertation explores the fictional geographies in the novels of three contemporary African American writers: Jamaica Kincaid, Paule Marshall and Gloria Naylor. This interdisciplinary study focuses on the fictional representations of space, place and time and their interrelations. I start from the premise that the three texts share the diasporic and rhizomatic map of the Black Atlantic. On this map, the protagonists’ roots and routes are inscribed through three narrative settings: the native island—as central trope, a cluster of intermediary sites and the (peripheral) city of exile. Each setting is a complex ontological geography upon which time, movement, exile, and memory are articulated and re-articulated in a palimpsest-like manner. I examine the dichotomic relationship between home-island and city of exile, as well as the tensions between their associated temporalities: cyclical versus linear perceptions of time. The island emerges from our study as the fundamental locale in the characters’ peregrinations. Ultimately, reasserting space means re-mapping the past.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(469 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.380-454. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 813.54 ROS

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2009VERS004S
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.