Impact du lobe frontal sur le contrôle cortical de la marche

par Gilles Allali

Thèse de doctorat en Motricité humaine et handicap

Sous la direction de Olivier Beauchet.

Soutenue en 2009

à Saint-Etienne , en partenariat avec Université Jean Monnet. Faculté de médecine Jacques Lisfranc (Saint-Étienne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    La marche est traditionnellement considérée comme une tâche automatique régulée par un contrôle sous-cortical. Cependant, il semblerait que ces structures sous-corticales nécessitent un contrôle réalisé par des régions corticales. Cette observation fait suite à la survenue concomitante de trouble de la marche et de trouble de certaines fonctions cognitives corticales, dont l'association semble dépasser la simple coexistence temporelle. L'interface entre marche et fonctions mentales, et plus particulièrement les fonctions exécutives, constitue le thème central de ce travail de thèse et est abordée par le biais d'études portant sur des sujets avec des pathologies corticales. Les 2 premières études montrent que des sujets avec atteintes des fonctions exécutives présentent une augmentation de la variabilité de la marche et que d'une part, cette variabilité augmente d'autant plus que le sujet est mis en condition de double tâche complexe et que d'autre part, cette variabilité de la marche augmente avec le niveau d'atteinte des fonctions exécutives. La troisième étude décrit l'effet sur la marche d'un traitement anticholinestérasique censé dans son indication initiale améliorée globalement les fonctions cognitives, et plus précisément les systèmes attentionnels. Dans la quatrième étude, par une analyse SPECT, nous mettons en lien les régions préfrontales dorsolatérales et médiofrontales avec le test utilisé pour évaluer les fonctions exécutives. Enfin, dans la dernière étude nous présentons le travail de validation du système d'analyse de marche, que nous utilisons pour évaluer nos sujets. Ces résultats confirment l'association entre marche et cognition, plus particulièrement les fonctions exécutives et envisagent les régions du lobe frontal, particulièrement le cortex dorsolatéral pouvant être impliqué dans le contrôle de la marche. Ils proposent également un effet favorable des anticholinesterasiques sur la marche. Ainsi, l'interface entre marche et cognition abordée dans cette thèse permet, au-delà des résultats présentés, d'envisager différentes voies de développement possible aussi bien sur le plan des mécanismes physiopathologiques que des approches thérapeutiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 volume (209 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : bibliogr. en fin de volume

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EMT 4
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 8288
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.