L'essai de soi, relectures de l'oeuvre de Virginia Woolf

par Lucia Del Carmen Raphael De La Madrid

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

Le président du jury était Lucía Melgar.

Le jury était composé de Mireille Calle-Gruber, Lucía Melgar, Béatrice Didier, Claude Cohen-Safir.


  • Résumé

    «L’essai de soi », en tant que méthode littéraire, crée dans l’œuvre de Woolf, Les Vagues, une nouvelle façon de faire littérature, ainsi qu’une nouvelle pensée philosophique. À fin de comprendre comment l’essai exerce une influence sur le travail de Woolf, J’ai analysé Les Essais de Michel de Montaigne, comme une méthode, comme l’exegium, dans ses multiples connotations ainsi que comme processus qui donne naissance à l’essai en tant que genre littéraire, dans son acception moderne. À travers « l’essai de soi » Montaigne et Woolf élaborent leurs propres autoportraits avec des mots. Pour une meilleure compréhension de ce processus j’ai établi des échos avec des philosophes contemporains et avec l’analyse des spécialistes. Pour une meilleure compréhension de « l’essai de soi » par rapport au travail de Woolf, je propose la définition des principes qui définissent la méthode de Montaigne. Ces principes ont été développés comme des axes de « l’essai de soi » sa définition et son interaction à chaque moment de son écriture. Dans le sens d’un « jeu d’abymes », j’ai visé le centre d’un entrecroisement d’hommages. Celui que Montaigne rend à Etienne de la Boétie, et la relation littéraire que Woolf établit avec Montaigne. Les deux auteurs développent son écriture comme une sorte d’autobiographie, mais ils vont au-delà de ce genre, par le registre du passage du temps et les transformations qui s’opèrent au moment de l’écriture. Les personnages de Woolf sont construits à partir de la variété de multiplicités que chacun en soi, celle que les autres et le regard des autres lui apportent. Les Vagues est une radiographie de l’esprit humain qui est au même temps approche philosophique, l’écriture suit ce que Montaigne décrit comme une forme elliptique de création. Les deux auteurs se basent sur l’expérience humaine, celle qui est commune à tous, là au chacun se rencontre avec l’autre. À travers ce processus, Woolf traduit la philosophie de Montaigne en style narratif.

  • Titre traduit

    The oneself essay ["essai de soi"], rereadings of Virginia Woolf's work


  • Résumé

    This work deals on how the “essai de soi” as literary method creates in Virginia Woolf’s work in particular in The Waves, not only a new form of writing in the literary sense but also a new form of thinking. For being able to understand how the essay is such an important incidence in the cited work of Virginia Woolf, I looked into The Essays by Michel de Montaigne, not only to analyze him as a philosopher with a specific esthetics and ethics but furthermore, as a method, as exegium in its multiple connotations and as a procedure that allowed the essay to be born as a literary form. By using the “essai de soi” Montaigne and Woolf make their self-portraits in words. For the comprehension of the procedure I established an echo with contemporary philosophers and the specialist analysis of self portrait work. For a better comprehension of the “essai de soi” that allows a latter approach to Woolf´s work. I propose the definition of specific principles in Montaigne´s method. They will be developed in separate ways as axes of the “essai de soi” with the characteristic and parallel interactions in each moment of his writing. In a sort of “jeu d’abîmes” I gaze into a cross homage. That of Montaigne to Etienne de La Boétie and the literary relation that Woolf establishes with Montaigne. Both authors use their writing as a form of autobiography but go beyond that by registering the daily transformation of the present. In Woolf´s characters, she uses a multiplicity of biographies of the same person, seen by different people in which she finds a source to build the others in her own mirror. The Waves is a radiography of the human spirit used as a philosophical subject, her writing has what Montaigne describes as an elliptical form of creation. Both authors dwell on the human experience, that is common to us all, that which communicates and identifies itself in the other. By doing so Woolf allows herself to translate Montaigne’s philosophy in a narrative style.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?