Espaces du fantastique urbain et aspects du sacré. Le cas de Mircea Eliade, Jean Ray et Howard Phillips Lovecraft

par Carmen Raluca Rizea Barbos

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue le 30-11-2009

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Stéphane Michaud.

Le jury était composé de Jean Bessière, Stéphane Michaud, Sylvie Jouanny, Denis Mellier.


  • Résumé

    La littérature fantastique au XXe siècle semble est issue d’un triple conflit qui est aussi celui de l’homme contemporain : rupture avec la réalité, crise identitaire et perte de sens de l’univers caractéristiques à l’époque postmoderne, profanisation graduelle de l’espace urbain. Dans ce contexte difficile troublé encore plus par des prévisions alarmistes de l’avenir proche, l’homme contemporain exorcise ses peurs à travers les œuvres fantastiques, il s’invente des monstres pour arriver à supporter le quotidien. Pourtant, l’intrusion de la Surnature ou de l’étrange dans l’espace urbain moderne se rapproche du besoin que les sociétés traditionnelles avaient pour la présence du sacré dans leurs univers. A travers l’œuvre de trois écrivains, Mircea Eliade, Jean Ray et H.P. Lovecraft, l’espace urbain profane devient paradoxalement l’espace fantastique par excellence et le désenchantement du monde moderne se trouve confronté aux anciennes et nouvelles croyances simultanément. Ainsi, l’effet de fantastique urbain revalorise les aspects du sacré et permet des incursions analytiques interdisciplinaires, oscillant entre la littérature et l’histoire des religions.

  • Titre traduit

    Spaces of the urban fantastic and aspects of the sacred. The case of Mircea Eliade, Jean Ray et Howard Phillips Lovecraft


  • Résumé

    During the 20th century, fantastic fiction seems to be the outcome of a triple conflict also attached to contemporary societies : a gap between the real world and the supernatural; an identity crisis in a meaningless post-modern era; and, a gradual divestment of ancient sacred symbols. In this highly problematic reference frame, obscured even more in anticipation of an alarming near future, Modern Man desperately struggles to alleviate his multiple fears through fantastic literature ; he creates imaginary monsters in order to help him cope with reality. Nevertheless, the encroaching of the Supernatural or the uncanny in the modern urban enclosed space is connected to the need that traditional societies expressed for the presence of the sacred in their universe. Throughout the works of three authors, Mircea Eliade, Jean Ray and H.P. Lovecraft, the urban and profane space paradoxically becomes a space of the fantastic par excellence. The disil! lusionment of the modern world finds itself exposed to and confronted by both topical and archaic beliefs. Thus, the urban fantastic effect is constantly reassessing features of the sacred and allows rich interpenetrations of different disciplines such as literature and history of religions.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.