Les schistosomes aviaires : biodiversité, rélation hôte-parasite, implication dans la dermatite cercarienne

par Damien Jouet

Thèse de doctorat en Pharmacie. Parasitologie

Sous la direction de Hubert Ferté.

Soutenue en 2008

à Reims .


  • Résumé

    Après ramassage des mollusques présents sur chacun de ces sites, des tests d’émissions de cercaires ont été effectués. Parallèlement, des oiseaux fréquentant ces milieux aquatiques et retrouvés morts ou tués en période de chasse ont été autopsiés afin de rechercher la présence de parasites au niveau nasal et viscéral. Parmi les espèces retrouvées, nous avons sélectionné les furcocercaires à ocelles pigmentés et les oeufs et adultes de trématodes appartenant au groupe des schistosomes aviaires afin de les caractériser moléculairement. L’approche moléculaire a été envisagée sur le domaine D2 et les espaces transcrits internes ITS-1 et ITS-2 de l’ADN ribosomal pour les parasites (furcocercaires, oeufs et vers adultes). Parmi les haplotypes isolés en France, certains furent identiques aux taxons T. Franki, T. Regenti, T. Szidati, Bilharziella polonica et Dendritobilharzia pulverulenta, espèces reconnues en Europe. Plusieurs autres haplotypes ne correspondant à aucun taxon disponible dans les bases de données ont également été isolés à partir d’oeufs et adultes retrouvés chez les Cygnes tuberculés et les Oies cendrées (haplotypes C. Olor sp, A. Anser Aa1, Aa2, Aa3), et de cercaires isolées chez des Radix peregra sensu Bargues (2001) (numéros d’accession EU413961/71 et EU413964/74), évoquant de nouvelles espèces. Certains marqueurs, tels que le D2 ou l’ITS-2, sont informatifs au niveau spécifique, alors que l’ITS-1 semblerait être un bon marqueur populationnel. Enfin, la reconnaissance de nouvelles espèces devra encore s’appuyer sur une identification morphologique, même si certains caractères semblent parfois soumis à des variations intrinsèques ou extrinsèques en rapport avec la nature de l’hôte. La notion de spécificité dans le couple Mollusque–Trématode est également discutée, suite à l’observation de cercaires possédant plusieurs haplotypes différents, dont certains représentant plusieurs espèces de Trichobilharzies (T. Regenti et T. Franki), émises par une même espèce de mollusque (Radix peregra) présente sur un même site. Le polymorphisme des signes cliniques observés lors des épisodes de dermatite cercarienne pourrait s’expliquer par la biodiversité actuellement observée chez les schistosomes aviaires, agents potentiels de cette affection.

  • Titre traduit

    Avian schistosomes : biodiversity, host-parasite relationships, involvement in cercarial dermatitis


  • Résumé

    Increasing of waterfowl populations (migratory and sedentary) and resurgence of human touristic activities on various ponds and lakes have promoted the emergence or re-emergence of cercarial dermatitis. On request of local authorities, some epidemiological surveys have been established to seek, understand and identify the different potential agents: parasites, final and intermediate hosts. Snails were collected around places where Human Cercarial Dermatitis (HCD) cases had been usually recorded, and cercarial emergence was tested. At the same time, water birds of these areas (found dead or killed during hunting period) were autopsied to determine the presence of nasal and visceral parasites. Among theses species, we selected ocellate furcocercariae, eggs and adults of Trematodes belonging to the avian schistosomes group, and characterized them by molecular biology. Sequencing of the D2 domain and internal transcribed spacer (ITS-1 and ITS-2) of the ribosomal DNA (rDNA) was used for the identification of parasites (furcocercariae, eggs and adult worms) from naturally infected hosts. Among haplotypes isolated in France, some of them were found to be identical with taxa of T. Franki, T. Regenti, T. Szidati, Bilharziella polonica and Dendritobilharzia pulverulenta, now considered as potential agents of HCD in Europe. Several other haplotypes, different from sequences available in the GenBank database, appeared to be new species. They were isolated from adults and eggs from Mute swans and Grey-lag geese (haplotypes C. Olor sp, A. Anser Aa1, Aa2, Aa3) and cercariae isolated from Radix peregra sensu Bargues (2001) (accession numbers EU413961/71 and EU413964/74). Some markers (D2 or ITS-2), seems to be informative at specific level, while and the ITS-1 appears to be a good populational marker. Finally, the recognition of new species will be confirmed by a morphological identification, even if some features seem sometimes subjected to intrinsic or extrinsic changes, in connection with the nature of the host. The concept of specificity in the relationships between Trematodes and snailsI is also discussed, following the observation of cercariae with several different haplotypes (corresponding with different species of Trichobilharzia as T. Regenti or T. Franki), emitted by only one species of snail (Radix eregra) present on a same site. The polymorphism of clinical signs observed during epidemic periods of cercarial dermatitis could be explained by the biodiversity currently observed among avian schistosomes, potential agents of this disease.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (122 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.108-122

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHP08204
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 9643

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2008REIMP204
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.