L'oeuvre "diaphonique" de Dostoïevski à Danielewski : pour une "non-lecture" de la littérature négative

par Maziar Mohaymeni

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.


  • Résumé

    Cette thèse étudie les implications textuelles, vocales et ontologiques de l’auto-négation de l’œuvre littéraire. Elle ne cherche pas à reformuler les aspects théoriques de cette auto-négation, ni à en faire un symbole de l’auto-négation de la littérature. Elle vise directement l’acte que constitue cette auto-négation, et qui se traduit, dans le texte même, par la communication de la rature. Notre ambition a été de chercher le mode de rencontre approprié avec la rature communiquée, et avec ses résultats et résidus. Une œuvre qui se nie elle-même ne se laisse pas lire. L’auto-négation de l’œuvre entraîne celle de la lecture. Il s’agit, dans cet acte double, d’une mise en question extrêmement radicale des lois, de l’instrument et de la destination de la représentation littéraire : repoussant la lecture, l’œuvre inviterait à un « non-lire » et à un « autrement-que-lire ». Contre tout paradigme herméneutique, l’œuvre « diaphonique » – œuvre à deux voix hostiles – force à reconnaître l’être autarcique du texte : un être indépendant de la lecture.

  • Titre traduit

    The “Cross-talking” work, from Dostoevsky to Danielewski : a “no-reading” of the negative literature


  • Résumé

    The thesis looks into the entanglements of text, speech and ontology in the self-negation of the literary work. It does not try to find how to reformulate the theoretical angles of this self-negation, neither how to make from it a symbol of the literature self-negation. It aims directly at the act that constitutes this self-negation, and which fully devotes itself to the text. Its purpose is to outline the appropriated way of meeting with the communicated deletion and its consequences. A work which denies itself doesn’t let itself to be read. The self-negation of the work carries along the one of the reading. This double negation strongly calls into question the law, the instrument and the destination of the literary representation. By rejecting the reading, the work invites the “no-reader” to perform a no-reading as well as an “other-way-than-reading” of the text.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (297 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 292-297

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11247
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.