Les dernières oeuvres de Mohammed Dib : un usage historien des genres littéraires : "La nuit sauvage, Si diable veut, L’arbre à dires, Comme un bruit d’abeilles, Simorgh"

par Ralima Koucha

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Beïda Chikhi.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Poète, romancier, nouvelliste, conteur, dramaturge et plus tardivement essayiste, Mohammed Dib (1920-2003), l’un des écrivains francophones algériens de la toute première heure, est l’auteur d’une œuvre abondante dans laquelle il fait subir aux genres littéraires des transformations significatives. Les textes publiés entre 1995 et 2003 révèlent une nouvelle pratique de l’essai qui mêle étroitement document, poésie, réflexion et fiction. Cet emmêlement affecte également ce qui s’annonce au commencement comme un roman, rendant aléatoire l’identification générique. Ces transformations imposées aux genres, qui vont parfois jusqu’à la contorsion, manifestent une volonté d’inscrire la discontinuité dans l’œuvre littéraire. En déstabilisant le genre, Mohammed Dib nous initie à un nouvel imaginaire qui correspond à une autre vision de l’Histoire. En brisant les codes de la représentation générique, il conteste les « solutions de continuité logique » qui prétendraient expliquer les événements contemporains : le récit, par exemple, ne suffit plus à contenir la diversité des langages créés par l’auteur. C’est pourquoi dans ses derniers écrits, il abolit complètement la « continuité » pour mettre en lumière les non-dits. Son dernier ouvrage Simorgh publié en 2003 porte un tel projet. Il incarne un nouveau genre capable de dire la diversité des visions et au-delà de réunir tout en les critiquant les deux traditions littéraires auxquelles il appartient : l’occidentale et l’arabe. C’est ainsi que les discours narratif, poétique et politique se disputent l’espace textuel et entraînent de manière ostentatoire l’éclatement de la forme. Ce dernier ouvrage symbolise au final la nécessité d’exprimer une complexité qui excède toute frontière pour que l’histoire portée par la littérature soit à la hauteur de la réalité qu’elle est censée rapporter.

  • Titre traduit

    The final works of Mohammed Dib : a historical treatment of literary genres : la Nuit sauvage [tr. The Savage Night], L’Arbre à dires, Si Diable veut, Comme un bruit d’abeilles and Simorgh


  • Résumé

    Mohammed Dib (1920-2003), a poet, novelist, short-story writer, playwright, and later essayist, was one of the earliest French-speaking Algerian writers. He is the author of a large collection of works, showing significant transformations to the literary genres. The texts published between 1995 and 2003 reveal a new practice of essay-writing, which carefully blends information, poetry, reflection and fiction. This intermingling likewise affects works which appear at the start to be novels, thus rendering the identification of genre problematic. The transformations Mohammed Dib imposes on the genres, occasionally distorting them completely, are evidence of a desire to include an element of discontinuity in his literary works. By breaking out of the mould, Dib initiates us into a new imaginative world, which corresponds to another vision of History. By resisting the codes of genre representation, he opposes “solutions of logical continuity”, designed to explain contemporary events. The linear narrative, for example, is no longer sufficient to contain the diversity of voices created by the author. Thus, in his final writings he abandons completely the notion of “continuity” to bring to light all that has been left unsaid. His last work, Simorgh, published in 2003, demonstrates such a project. It embodies a new genre, capable of demonstrating the diversity of perspectives, and beyond that, of combining them. At the same time Dib explores the two literary traditions to which he belonged : Western and Arabic. In this way, the narrative, poetic and political voices compete for space in a text, leading to an ostentatious break with the fixed form. This last work finally symbolises the need to show a complexity, which knows no boundaries, such that the history dealt with in literature measures up to the reality which it is supposed to convey.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Atelier national de Reproduction des Thèses à Lille

Les dernières oeuvres de Mohammed Dib : un usage historien des genres littéraires : La Nuit sauvage, Si diable veut, L'Arbre à dires, Comme un bruit d'abeilles, Simorgh


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (420 f.)
  • Annexes : 299 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6618

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10189
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Atelier national de Reproduction des Thèses à Lille

Informations

  • Sous le titre : Les dernières oeuvres de Mohammed Dib : un usage historien des genres littéraires : La Nuit sauvage, Si diable veut, L'Arbre à dires, Comme un bruit d'abeilles, Simorgh
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 1 vol. (419 p.)
  • ISBN : 978-2-7295-7260-0
  • Annexes : Bibliogr. p.362-378. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.