La dernière manière de Crébillon fils : étude des "Lettres de la Duchesse de***au Duc de***"

par Marie-Noëlle Vincendeau

Thèse de doctorat en Littérature du XVIIIe siècle

Sous la direction de Sylvain Menant.

Soutenue en 2007

à Paris 4 .


  • Résumé

    Conscient de la désaffection de son lectorat qui lui reproche l’épuisement de son inspiration, Crébillon publie en 1768 Les Lettres de la Duchesse : revendiquer ouvertement comme « modèles » La Princesse de Clèves et sa première monodie, les Lettres de la Marquise, montre sa volonté de se démarquer de l’esthétique romanesque mise en vogue par Richardson et Rousseau. L’originalité toute relative de la poétique de ce roman épistolaire consiste à faire de la matière des lettres les seuls « événements » du roman, à estomper les topoï du roman libertin, à faire exister le libertinage seulement par les mots. Distancié et volontiers critique, le regard de Crébillon sur l’aristocratie et ses comportements libertins se double d’une réflexion sur la notion de vertu, sur les évolutions de l’idéologie sociale et témoigne, contre toute attente, des expériences et déceptions personnelles.

  • Titre traduit

    The last manner of Crébillon the Younger : a study of "Les Lettres de la Duchesse de *** au Duc de ***"


  • Résumé

    When Crébillon became aware that his readers resented his waning inspiration and gradually lost interest in his work, he published Les Lettres de la Duchesse in 1768. By openly claiming the legacy of La Princesse de Clèves and its first monody Les Lettres de la Marquise, he showed how intent he was on casting the shackles of novel aesthetics made fashionable by Richardson and Rousseau. What appears as comparatively new about the poetics of this epistolary novel, however flimsy it may be, is Crébillon’s skill in limiting the « events » in the novel to the matter of the letters, in blurring the topoï of the libertine novel, and making its libertinage exist only through words. Crébillon does not limit himself to casting a distanced and readily critical eye on aristocrats and their licentiousness but he also ponders over the notion of virtue and the developments of social ideology and he quite unexpectedly relates personal and disappointing experiences.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (446 f.)
  • Annexes : 250 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6602

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9991
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.