Etude des risques de réintroduction du paludisme en Corse

par Hélène Barré

Thèse de doctorat en Parasitisme

Sous la direction de Bernard Marchand.

Soutenue en 2007

à Corte .


  • Résumé

    De 1973 à 2005, aucun cas de paludisme autochtone n'a été signalé en Corse. Dans le cadre d'une évaluation des risques de reprise de la transmission de cette maladie dans lîle, nous avons analysé les facteurs épidémiologiques, entomologiques et déterminé le potentiel paludogène de la région. Sur les 13 espèces d'anophèles répertoriées en Corse, seules 7 ont été retrouvées avec certitude: An. Atroparvus Van Thiel, 1927, An. C/aviger (Meigen, 1804), An. Labranchiae Falleroni, 1926, An. Melanoon Hackett, 1934 = An. Subalpinus Hackett et Lewis, 1935, An. Petragnani Del Vecchio, 1939, An. Marteri Sénevet et Prunelle, 1927 et An. Plumbeus Stephens, 1828 (toutes les deux récoltées par F. Schaffner). Les vecteurs considérés comme principaux en Corse sont An. Labranchiae et An. Sacharovi, ce dernier non retrouvé récemment. L'espèce An. Labranchiae est présente à peu près partout en plaine et à des densités qui peuvent être importantes à la saison estivale. Elle est particulièrement représentée dans la dernière zone paludogène, le Nebbio, et une zone anciennement très paludogène, la région de Porto-Vecchio. Cette espèce est plurivoltine et anthropophile en Corse. C'est une des espèces les plus observées sur lîle. An. Labranchiae serait encore compétent pour transmettre P. Vivax mais ne le serait plus pour P. Falciparum. La grande répartition et la relative abondance d'An. C1aviger s. S. Ainsi que sa capacité à piquer l'Homme pourraient lui conférer un rôle secondaire non négligeable dans une éventuelle reprise de la transmission du paludisme en Corse. Sa compétence vectorielle devra être testée afin de déterminer sa réelle importance. Le potentiel paludogène actuel de la Corse apparaît peu élevé, avec un taux de reproduction de base inférieur à 1, et la réapparition du paludisme dans la plus grande partie de lîle est peu vraisemblable; mais un risque de réintroduction du parasite à partir des cas de paludisme d'importation persiste du fait de l'existence d'un anophélisme permanent sur lîle. Ce risque semble limité, le parasite le plus fréquemment importé étant P. Falciparum, espèce, a priori, non transmissible par les anophèles locaux. Cependant, en juillet 2006, un cas de paludisme à Plasmodium vivax autochtone survenu dans la région de Porto, région plus favorable à An. C/aviger s. S. Qu'à An. Labranchiae, démontre que la vigilance est toujours de rigueur, la transmission de Plasmodium vivax étant encore possible. De plus, un risque d'introduction d'autres maladies tropicales est aussi envisageable. Le chikungunya ou la dengue dont le vecteur principal, Aedes albopictus, a été récemment introduit en Haute-Corse, pourraient être les premières à apparaître. Notre enquête a démontré que la situation actuelle de la Corse justifie une surveillance épidémiologique à long terme. La lutte antivectorielle doit être poursuivie avec des moyens mieux ciblés sur les espèces potentiellement vectrices afin de préserver l'environnement immédiat des gîtes. Les recherches sur la répartition des vecteurs doivent continuer pour préciser le rôle de chaque espèce, en particulier celles qui pourraient être vecteurs secondaires de paludisme telles qu'An. Atroparvus ou An. Messeae. Des infections expérimentales pourront être tentées si les populations imaginales d'insectes potentiellement vecteurs récoltées sont suffisantes.

  • Titre traduit

    Evaluation about the risks of malaria reintroduction in Corsica (France)


  • Résumé

    From 1973 till 2005, there was no case of autochtonous malaria reported in Corsica. Within the framework of an evaluation about the risks of malaria reintroduction in Corsica we analyzed the epidemiological and entomological factors and we determined the malariogenic potential of the region. Out of 13 anopheles species listed in Corsica, only 7 have assuredly been found again : An. AtropalVus Van Thiel, 1927, An. Claviger (Meigen, 1804), An. Labranchiae Falleroni, 1926, An. Melanoon Hackett, 1934 = An. Subalpinus Hackett et Lewis, 1935, An. Petragnani Del Vecchio, 1939, An. Marteri Sénevet et Prunelle, 1927 and An. Plumbeus Stephens, 1828 (both collected by F. Schaffner). An. Labranchiae and An. Sacharovi are considered as the main vectors in Corsica. An. Sacharovi has not been recently collected. An. Labranchiae is present about everywhere in the plain and with densities which can be important in summer. It is particularly represented in the last malariogenic zone, Nebbio, and a zone formerly very malariogenic, the region of Porto-Vecchio. This species is plurivoltine and anthropophile in Corsica. It is one of the most observed species on the island. An. Labranchiae would be still sensitive to infection with P. Vivax but would not be any longer with P. Falciparum. The large distribution and the relative abundance of An. Claviger s. S. As weil as its capacity to bite man could confer it an important secondary role in a possible reintroduction of the malaria transmission in Corsica. Its infectivity must be tested to determine its real importance. Malariogenic potential of Corsica seems to be small, with a basic reproduction rate lower than 1, and in the biggest part of the island the return of malaria is quite unlikely; but a risk of parasite reintroduction from imported malaria cases persists because of the existence of a permanent anophelism on the island. This risk seems limited, the most frequently imported parasite being P. Falciparum, a species, in principle, not transmissible by the local anopheles. However, in july 2006, one Plasmodium vivax autochtonous malaria case arisen in Porto region, which is more favorable to An. Claviger s. S. Than to An. Labranchiae, shows a close watch is still the done thing, Plasmodium vivax transmission being still possible. Furthermore, an introduction risk of other tropical diseases is also possible. Chikungunya and dengue whose principal vector, Aedes albopictus, was recently introduced in Haute-Corse, cou Id be the first ones to appear. Our investigation has shown that the current situation of Corsica justifies an epidemiological long-term surveillance. The vector control must continue with means better targeted on potentially vector species to protect the immediate environment of the shelters. Researches on the vectors distribution have to continue to clarify the role of each species, particularly the species which could be secondary vectors of malaria like An. AtropalVus or An. Messeae. Experimental infections can be tempted if the adult populations of potentially vector harvested insects are sufficient.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 190 ref. bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Corse (Corte, Haute-Corse). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH BAR 78395

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007CORT0001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.