Le Yijing et l'art performatif du théâtre de Pékin

par Jui-Hsueh Hu

Thèse de doctorat en Asie orientale et sciences humaines

Sous la direction de François Jullien.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .

Le président du jury était Pierre Chartier.

Les rapporteurs étaient Roger Darrobers, Rémi Mathieu.


  • Résumé

    Depuis sa naissance, il y a plus de deux cents ans, le théâtre (ou l'opéra) de Pékin est en constante évolution. Les clés indispensables à la compréhension de ce spectacle évoluent de même, mais les connaissances d'une partie du public chinois n'ont pas suivi cette évolution. Ne risque-t-on pas de voir ce théâtre se diriger vers une impasse ? En revenant sur les origines et l'histoire de ce théâtre, nous nous proposons de réfléchir à cet avenir incertain. Deux axes principaux seront choisis pour cette étude : les essences et les images concernant cette catégorie du spectacle. L'essentiel de notre étude se fera selon la méthode du Yijing, le Livre des Mutations. Il n'y a en effet que le Yijing qui, tout en appartenant au temps passé, nous permette de pénétrer de nouveaux concepts. Les images seront analysées à travers un fragment de la pièce intitulée L'Immortelle répand des fleurs, inspirée d'un ouvrage canonique du bouddhisme : Le Sûtra de l'enseignement de Vimalakîrti. Dans ce conte philosophique, le Bouddha envoie l'Immortelle sur terre pour répandre des fleurs destinées au bonheur du laïc Vimalakîrti. Après avoir recherché les liens entre la pensée chinoise, le théâtre de Pékin et le Yijing, nous aborderons l'étude de l'essence de l'être d'un acteur dont la qualité est essentielle à la réussite d'une représentation du théâtre de Pékin. Pour conclure, nous nous permettrons de construire des lois pragmatiques quant à la présence de l'acteur et découvrirons la correspondance entre les essences et les images de la scène dans l'art performatif du théâtre de Pékin.

  • Titre traduit

    The Yijing and the performance art of the theater of Peking


  • Résumé

    Since its birth more than two hundred years ago, the Peking opera has ever since been in constant evolution. The keys that are indispensable to the comprehension of this spectacle have also been evolving, but a considerable part of the Chinese public has not quite followed up with this evolutionary trend. Don't people risk seeing this opera making his way towards an impasse? Looking back on the origins and the past of this opera, we propose to think about this uncertain future. Two main axes have been adopted for this study: the essences and the images concerning the category of representation. The main part of our study will be done according to the method of the Yijing, the Book of the Mutations. In fact, it is only by way of the Yijing, which could be traced back to the ancient times, that we are allowed to penetrate into new concepts. The images will be analyzed in a passage of the piece entitled The Immortal spread the flowers, which was inspired by the Buddhist canon: The Sutra of the education of Vimalakîrti. Alter having searched the links between the Chinese thought, the Peking Opera and the Yijing, we will approach the study of the essence of an actor, all essential for the success of a representation of Peking Opera. To conclude, we allow ourselves to construct some pragmatic arts of the presence of the actor, and discover the correspondence between the essences and the images of the stage in the performance of Peking Opera.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (476 p.)
  • Annexes : Ref. bibliogr. p. 437-460

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (2006) 077
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.