Misericordia non tollit iustitiam : l'enjeu épistémologique de la question de la justice divine chez Thomas d'Aquin

par Eunsil Son

Thèse de doctorat en Histoire des religions et anthropologie religieuse

Sous la direction de Ruedi Imbach et de Gilles Berceville.


  • Résumé

    Les divers développements sur la justice de Dieu que propose Thomas d’Aquin dans ses œuvres offrent un accès privilégié à l’intelligence de son épistémologie théologique. D’une part, les trois textes systématiques consacrés ex professo à notre sujet (Sent. IV, 46, SCG I, 93 et ST I, 21) expliquent la justice de Dieu comme justice distributive manifestée dans la création. D’autre part, dans le Commentaire de l’Epître aux Romains, il est question de la justice de Dieu révélée dans l’Évangile, qui consiste dans la justification des pécheurs. C’est à la lumière de la bonté de Dieu, source commune de la nature et de la grâce, que Thomas conçoit l’articulation entre ces deux acceptions relevant respectivement de la connaissance naturelle et de la connaissance de foi : elles ne s’opposent pas, mais la seconde présuppose la première et la dépasse. Cette approche est révélatrice de la conception thomasienne du savoir théologique, conforme au modèle aristotélicien de l’épistémé (connaissance par la cause) et harmonisant raison et foi, contrairement à un modèle moderne hérité de Luther, qui dominera par la suite.

  • Titre traduit

    Misericordia non tollit iustitiam : the Epistemological Stakes of the Question of Divine Justice According to Thomas Aquinas


  • Résumé

    Thomas Aquinas develops the justice of God in diverse ways in his works. This offers privileged access to the intelligence of his theological epistemology. On the one hand, the three systematic texts devoted ex professo to this subject (Sent. IV, 46, SCG I, 93 et ST I, 21) explain the justice of God as distributive justice expressed in creation. On the other hand, in the Commentary on the Letter to the Romans, it is a question of the justice of God revealed in the Gospel, which consists in the justification of sinners. Thomas understands the relation between these two meanings, which respectively concern natural knowledge and knowledge throug faith, in light of God’s goodness, the common source of nature and grace. They are not opposed, but the latter presupposes the former and goes beyond it. This approach illustrates the Thomist conception of theological knowledge, whichi is consonant with the Aristotelian episteme model (knowledge by cause) and harmonizes reason and faith, contrary to a modern model inherited from Luther that will later prevail.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (393 f.)
  • Annexes : 1209 références bibliographiques, ff. (321-387).

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : BUT 6527
  • Bibliothèque : Institut catholique de Paris. Bibliothèque de Fels.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9585
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.