Les enceintes pré- et protohistoriques de Corse : Essai de comparaison avec quelques sites de Toscane

par Sylvain Mazet

Thèse de doctorat en Archéologie préhistorique

Sous la direction de Michel-Claude Weiss et de Carlo Tozzi.

Soutenue en 2006

à Corte .


  • Résumé

    Dès le Vème millénaire, la présence d’enceintes est attestée en Méditerranée occidentale. Destinée à ceinturer un espace dont la fonction a pu changer entre le Néolithique moyen et l’Age du Fer, l’enceinte peut-être un fossé, une levée de terre, une palissade ou un mur en pierre sèche, comme c’est le cas en Corse. Cette recherche s’intéresse, de ce fait, à l’évolution des techniques constructives de ces structures en pierre sèche. Des datations provenant de fouilles effectuées sur certains gisements ont permis d’élaborer une typo-chronologie, fournissant des indices quant à l’occupation de sites se caractérisant par la seule présence d’enceintes. Afin d‘appliquer la méthodologie de l’étude des structures corses à celles de Toscane, le cadre géographique de notre recherche a été étendu à toute l’aire corso-toscane. La faible représentation de ce type de structures dans la littérature archéologique de la Toscane a été confirmée par quelques campagnes de prospection ciblées, notamment dans la vallée de l’Ombrone. Néanmoins quelques gisements ceinturés ont été inventoriés dans l’archipel toscan. Dans le nord de la Corse, il semblerait que les enceintes enserrant l’habitat au Néolithique évolué et au Néolithique final, soient issues de l’utilisation de techniques constructives développées localement. En revanche, à l’Age du Bronze, la proche Sardaigne pourrait avoir diffusé la façon de construire des murs employant des blocs volumineux aux faces planes, utilisée dans le sud de la Corse pour ériger des structures ceinturant, entre autres, des centres de transformation des produits alimentaires. L’utilisation d’outils en bronze, lors de l’extraction et du débitage de la roche , expliquerait les différences entre les techniques constructives employées au Néolithique et à l’Age du Bronze.

  • Titre traduit

    Prehistoric and protohistoric enclosure of Corsica : an attempt of a comparaison with some site of Tuscany


  • Résumé

    Starting from the 5th millennium, the presence of enclosures has been observed in the Western Mediterranean basin. Used to enclose an area various functions between the Middle Neolithic and the Iron Age, the enclosure can be a ditch, a bank or a dry-stone wall, like in Corsica. This study focuses on the evolution of dry-stone techniques applied to the construction of enclosures. Thanks to the dating obtained during excavations on certain sites, a typo-chronology has been developed and provides information about occupation of sites which are characterized by the only presence of dry-stone structures. With the aim of applying the methodology of study of the Corsican enclosures to those of Tuscany, the geographical framework of this study was extended to include all Tuscany. The results of this study show that the low representation of dry-stone enclosures in the Tuscan mainland archeological literature was confirmed by surveys conducted in the south of the region, in particular in the valley of Ombrone, even through some stone enclosures were found in the Tuscan archipelago. Moreover, in Northern Corsica , during the Middle Neolithic and Final Neolithic/Calcholithic, the large proportion of enclosures appear to be delimiting habitat areas, and to have been constructed using techniques developed locally. On the other hand, in Southern Corsica, during the Bronze Age, big stone bloks carefully dressed were used to construct enclosures, which are belivied to be centers for the production and transformation of various food products. These enclosures were built using techniques that are found in nearby Sardinia. The use of tools made of bronze for the extraction and cutting up of the rock may explain the differences observed betwenn the constructive techniques employed during the Neolithic and the Bronze Age

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (789 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 153 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?