De l'applaudissement : essai analytique et typologie d'un phénomène théâtral

par Jimi Bernard Vialaret

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Lucette Mouline.

Soutenue en 2006

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Qu'y a-t-il donc de plus naturel que d'applaudir ?''bravo'' s'apprend aussi vite que papa ou maman. Nous applaudissons tous sur la terre, quelle que soit notre culture, notre langue, la couleur de notre peau, et surtout de manières différentes. Nous parlerons de l'ivresse des grecs quand ils applaudissent, de l'élégance des romains, mais aussi de leurs cabales à tous ; c'est là que commencera notre étude parce que nous disposons de textes qui pour la première fois en parle de façon explicite. Il nous faudra attendre l'époque médiévale pour qu'un vent de fronde souffle sur les bravos d'un public tapageur. Naîtront alors des gagistes, des cabaleurs patentés, des entrepreneurs de succès, des chefs de claque, pour finir aujourd'hui par des chauffeurs de salle, ainsi appelés dans les émissions de télévision. Surcoût de flatteries, certains pensent que l'applaudissement est une prothèse à l'artistique. Dès qu'il s'agit d'êtres impersonnels, les notions de public ou spectateur n'ont aucune importance. Elles se confondent dans d'étranges interprétations. L'artiste peut mourir sans talent et sans amour, mais le peut-il sans être applaudi ? L'anecdote est au rendez-vous, souvent inventive, parfois cruelle. Si ce geste dispose d'un langage, il y a un vocabulaire avec des règles de grammaire ; applaudir serait une ponctuation !. . Quel voyage plus étrange que celui d'une mauvaise chose bien faite, la claque !. . Applaudir est une énergie sociale ; en ce sens la foule produit du collectif. Seuls, nous l'observerons, les humains n'applaudissent pas, et comme toute énergie, elle peut être diffuse, récupérée, contrôlée, et dispensée dans des buts pas toujours avouables. Nous sommes condamnés à désirer que ce que nous pouvons obtenir. Applaudir à ce qui est limité est ce qu'il y a de pire pour être déçu et malheureux. Nous sommes sûrs d'une seule et unique chose : la mort. C'est en revenant à cet aspect ancestral des choses qu'applaudir garde son sens le plus fort.

  • Titre traduit

    Try analytic and typology of aphenomenon


  • Résumé

    What is there therefore of more natural than to applaud? '' bravo '' learns itself as quickly that dad or mom. We applaud all on the earth, whatever is our culture, our language, the color of our skin, and especially in a different manners. We will speak of the drunkenness of the Greek when they applaud, of the elegance of the Roman, but also of their cabals to all; it is there that our survey will begin because we have texts that for the first time speaks of it in an explicit way. It will be necessary for us to wait for the medieval time so that a wind of frond blows on the bravo of a flashy public. Will be born then of the ''gagistes'', of the licensed ''cabaleurs'', of the entrepreneurs of success, of the chiefs of slap, to end up today drivers of room, so named in the broadcasts of television. Surcoût of flatteries, some think that the applause is a prosthesis to the artistic. As soon as it is not about impersonal beings, the notions of public or spectator have no importance. They confound themselves in strange interpretations. Can the artist die without talent and without love, but he can it without being applauded? The anecdote is to the appointment, often inventive, sometimes cruel. If this gesture has a language, there is a vocabulary with rules of grammar; to applaud would be a punctuation!. . What stranger journey than the one of a bad thing well made, the slap!. . To applaud is a social energy; in this sense the crowd produces the collective. Only, we will observe it, the humans don't applaud, and like all energy, she/it can be diffuse, recovered, controlled, and dispensed not always in goals blameless. We are condemned to want that what we can get. To applaud to what is limited is what of worse has to be disappointed and unhappy. We are sure of one only and unique thing: the death. It is while coming back to this ancestral aspect of the things that to applaud keeps its strongest sense.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

L'applaudissement : claques et cabales


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (294, 261 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 245-259

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2006BOR30025
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : L'applaudissement : claques et cabales
  • Dans la collection : Univers musical
  • Détails : 1 vol. (429 p.)
  • Notes : Autre tirage : 2019.
  • ISBN : 978-2-296-05417-2
  • Annexes : Bibliogr. p. [405]-422. Filmogr. p. 422-423
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.