Les esthétiques de la laideur : contribution à une histoire de la subjectivité

par Caroline Noirot

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Alain Renaut.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    Ce travail s'attache à explorer la définition évolutive de deux notions : la laideur et la subjectivité, afin de dégager une idée claire de l'identité moderne en observant l'évolution de nos images du laid. Il expose d'abord les diverses problématiques que pose à l'esthétique le débat sur l'art contemporain considéré comme autonome et fait social, pour ensuite retracer une logique de l'esthétique philosophique qui engage, depuis les Lumières et sous l'influence de Leibniz la spécificité de cette figure de la subjectivité, à savoir l'individualité, qui vit sous l'égide d'un art non beau la relation esthétique, pour finalement interroger cette question de la reconnaissance du négatif en art au travers des actuelles théories de la communication. Il apparaîtra ainsi que l'esthétique comme discipline philosophique, dans ses diverses expressions, se confond avec une vaste entreprise de reconduction du sujet à l'individu, entreprise par ailleurs dévouée à la reconnaissance des valeurs négatives : à mesure que la reconnaissance de valeurs négatives telles que le laid s'est posée comme un impératif à la pensée, la philosophie y a répondu par la construction théorique d'un possible de la subjectivité, l'individualité.

  • Titre traduit

    Aesthetics of the ugliness : contribution to a history of subjectivity


  • Résumé

    This work attempts to explore the evolutionary definition of two concepts: ugliness and subjectivity, in order to release a clear idea of the modern identity by observing the evolution of our images of the ugly. It exposes first the various problems that poses with aesthetics the debate on the contemporary art considered as autonomous and social fact, for then recalling a logic of the philosophical aesthetics which engages, since the Enlightenment and under the influence of Leibniz the specificity of this figure of subjectivity, namely the individuality, which saw under the aegis of a nonbeautiful art the aesthetic relation, for finally questioning this question of the recognition of negative in art through current communications theories. It will appear as well as philosophical aesthetics, in its various expressions, merges with a vast work of renewal of the subject to the individual, work in addition devoted to the recognition of the negative values: as the recognition of negative values such as the ugly one was posed like a requirement with the thought, philosophy answered there by the theoretical construction of a possible of subjectivity, individuality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (499 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 531 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6309

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8977
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.