Les gens du dos et leurs voisins : anthropologie d'une culture minoritaire dans les Monts Cardamone, Inde du sud

par Martine Gestin

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Raymond Jamous.

Soutenue en 2003

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les Muduvar sont un petit groupe d'anciens agriculteurs itinérants dans les monts Cardamome sud indiens. Comme bien peu d'études leur ont été consacrées jusqu'à maintenant alors qu'ils sont dépositaires d'un fonds culturel autochtone aux traits singuliers, cette thèse est une monographie destinée à le dévoiler davantage. Son développement s'ouvre par une étude contextuelle qui prend pour objet un village muduvar. Puis il se poursuit dans la direction du temps historique en procédant à un élargissement de son objet, incluant les voisins traditionnels des Muduvar, pour retracer leurs traditions politiques communes et leurs transformations sous la colonisation. Enfin il se termine par un recentrage sur le fonds autochtone muduvar entendu comme "matrice culturelle" par son degré de cohérence, abordant notamment les traits originaux de son système de parenté. Cette monographie se veut un nouvel effort pour penser le degré d'autonomie des sociétés dites tribales dans la culture sud indienne.

  • Titre traduit

    The back people and their neighbors : anthropology of an autochthonous minority in the cardamom hills, south India


  • Résumé

    The Muduvar are a small group of former shifting cultivators in the south indian Cardamom Hills. As very few studies were dedicated to them until now even though they are depository of an autochtonous cultural heritage with singular features, this dissertation aims to unravel it further. Its development opens with a contextual study which focuses on a muduvar village. Then it goes on in the direction of historical time, widening its scope in order to include Muduvar's traditional neighbors and study their common political traditions and transformations under the colonial rule. Finally, it comes back to the muduvar autochthonous heritage considered as a "cultural matrix" for its cohesiveness, dealing in particular with its original kinship system. This monograph claims to be a new endeavor in thinking the so called tribal societies' degree of autonomy in the South Indian culture.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (VII-436-VI f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 419-435

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 03 PA10-156 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2003PA100156
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.