Giuseppe Berto et l'écriture de soi

par Simona Păcurar-Leroux

Thèse de doctorat en Études italienne. Littérature italienne du XXe siècle

Sous la direction de Dominique Budor.

Soutenue en 2003

à Paris 3 .


  • Résumé

    Dans l'Italie littéraire du deuxième après-guerre, le caractère personnel du discours autobiographique contrevient au climat d'engagement collectif de l'époque. Aussi, l'écrivain Giuseppe Berto doit-il développer de multiples formes d'expression personnelle (journal, roman autobiographique, autofiction) aptes à concilier son projet d'écrivain et les attentes du public. L'analyse textuelle de Il male oscuro en tant que récit d'analyse s'accompagne de l'étude des rapports objectifs de Berto à la psychanalyse (conditions de sa thérapie, état de ses lectures théoriques), et ce compte tenu de la place de Il male oscuro parmi les œuvres étayées par la psychanalyse (de Svevo à Camon). De nouvelles modalités scripturales - l'instance narrative, les conditions du pacte de lecture, la fonction des titres - réactualisent cette écriture de soi dans La cosa buffa. L'analyse diachronique du mouvement de l'écriture dans le texte et l'examen de documents para ou péritextuels montrent l'écriture de soi dans sa genèse et dans sa destination. Le passage de Berto de la phase initiale d'écriture " collective " (liée au projet néoréaliste, mais néanmoins très dense en biographèmes dans Le opere di Dio, Il cielo è rosso, Il brigante et Guerra in camicia nera) vers une écriture qu'il qualifie d'altruiste ou, tout du moins, d'humaniste dans Anonimo veneziano, Oh, Serafina ! et La gloria, permet de restituer le profil global de l'écriture de Berto et d'évaluer l'originalité de cet écrivain dans le panorama littéraire italien.

  • Titre traduit

    Giuseppe Berto and the self-reflexive writing


  • Résumé

    After the Second World War, the commitment of Italian authors to the public good put at a disadvantage autobiography and its private nature. It explains why the writer Giuseppe Berto had to develop various ways of expressing himself (diary, autobiographical novel. . . ) in order to fulfil his own writing needs as well as audience expectations. The text analysis of Il male oscuro as an analytical account is coupled with the study of the links between Berto and psychoanalysis (his theorapeutical process, his theoretical readings on the subject) and the situation of Il male oscuro among works influenced by psychoanalysis, from Svevo to Camon. With La cosa buffa, Berto found other new ways of the self-reflexive writing (narrative voice, reading convention, titles' fonctions). The diachronic analysis of the movement of the writing in the text and the study of documents with respect to the novel illustrate the self-reflexive writing, its genesis and its aims. The way Berto went from a first period of "collective" writing, linked to realism but rich of personal elements, to a writing he calls altruistic or, at least, humanistic, leads to show the whole range of Berto's writing and his originality in Italian literature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 401 f.
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 388-401

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.