Early hominid bone tool industries

par Lucinda Ruth Backwell

Thèse de doctorat en Sciences du vivant, géosciences, sciences de l'environnement. Préhistoire et géologie du quaternairePaleoanthropology

Sous la direction de Francesco D'Errico et de Lee R. Berger.

Soutenue en 2003

à Bordeaux 1 en cotutelle avec Johannesburg, University of the Witwatersrand .

  • Titre traduit

    Les industries osseuses des premiers hominidés


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La présente recherche porte sur l'utilisation d'outils en os par les hominidés qui vivaient il y a un à deux millions d'années. Elle se propose, en caractérisant les modifications produites par des agents humains et non humains, d'établir des critères diagnostiques pour l'identification d'outils en os n'ayant subi qu'une modification minimale et d'appliquer ces critères aux pièces osseuses de Swartkrans, Sterkfontein et Olduvai Gorge, interprétées dans le passée comme des outils en os. Pour accroître la gamme des critères diagnostiques disponibles nous avons mené plusieurs expérimentations. Des nouvelles techniques d'analyse ont été également élaborées. Elles ont permis de quantifier l'état de surface sur les outils potentiels. Une vaste gamme de variables taphonomiques et morphométriques ont été enregistrées. Nos résultats indiquent que les outils en os utilisés par des premiers hominidés reflêtent deux traditions culturelles distinctes et contemporaines. Les outilsidentifiés dans la collection de Olduvai sont réalisés à partir d'os longs à l'état frais appartenant à des mammifères de grande à très grande taille. Plus rarement des os entiers du tarse ou du genoux sont utilisés comme percuteurs. Pour modifier ces pièces les hominidés appliquent à l'os une gestuelle proche de celle qu'ils utilisent pour tailler la pierre. En considerdant le nombre de pièces découvertes par rapport à celui des pièces lithiques, la taille de l'os ne semble par représenter chez les hominidés de Olduvai une activité systématique et il est possible qu'elle se soit cantonnée au traitement des carcasses de grands mammifères. Les outils des sites sud-africains, par contre, sont fabriqués presque exclusivement à partir de fragments de diaphyse d'os longs et de chevilles osseuses de bovidés de petites à moyenne taille, sont occasionnellement façonnés par abrasion et leur fonction est de servir comme outils à fouir. Dans les deux régions, l'apparition d'outils en os ne coi͏̈ncide pas avec l'apparition du genre Homo, et la période qui voit d'adoption de ces techniques se termine avec la disparition d'Australopitecus robustus. Cela suggère, en considérant la quasi-absence d'outils en os à l'Achéuléen et au début du Middle Stone Age, que les premières industries en os ne représentent pas, comme cela a été proposé autrefois, la première étape d'un processus de sophistication progressive, associée à l'apparition de notre genre, mais plutôt le résultat d'adaptations ponctuelles developpées par certaines de nos prédecesseurs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : Multipagination
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTA 2962

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2003BOR12962
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.