Altérité et révélation : le sacrifice de Hegel

par Joseph Cohen

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Robert Legros.

Soutenue en 2002

à Caen .


  • Résumé

    Comment l'altérité et la révélation ont-ils pénétré le discours philosophique de Hegel? Pourquoi l'altérité et la révélation ont-ils constitué un événement pour la philosophie hégélienne? Depuis quel lieu - et de quel droit et à quelle fin - l'altérité et la révélation ont-ils habité la métaphysique onto-théo-téléo-logique du spéculatif? Ces questions composent le socle de cette thèse. En retraçant le développement et l'extension du Concept spéculatif depuis les écrits de Tübingen jusqu'à la Phénoménologie de l'esprit, nous avons tenté d'approcher et de saisir l'élément intime de la pensée hégélienne depuis lequel se pense et peut se penser l'alliance entre altérité et révélation. Au coeur de cette alliance, c'est le sacrifice qui ne cesse d'oeuvrer comme la modalité propre de la compréhension et comme la mouvance absolue de la relève (aufhebung). Ainsi, dans et par le sacrifice s'ouvre le " portique " du Savoir absolu et se dévoile l'essence, le devenir et l'avenir, du penser spéculatif depuis lequel les vocables d'altérité et de révélation font, pour la philosophie hégélienne, sens. Quel avenir peut-il encore advenir dans cette réappropriation absolue de l'altérité et de la révélation? Quel avenir peut-il encore s'ouvrir dans et par cette absoluité effective du sacrifice? Celui-ci peut-être: l'insacrifiable pouvoir, c'est-à-dire, l'infinité en et pour soi-même de la nomination. Nommer l'altérité et la révélation " en et pour elles-mêmes ", c'est d'abord et avant tout, pour Hegel, sacrifier ce que représentent ces vocables en les élevant à la vérité infinie de la présence. Leur nomination comme présence est précisément l'explicitation du mouvement de l'infini oeuvrant dans le fini ou encore du fini déjà porté et transporté par l'infini; l'explicitation des conditions de possibilité et d'effectivité de l'altérité et de la révélation. Or, la question qui se pose au coeur de cette nomination spéculative, pourrait s'entendre ainsi: que reste-t-il quant à l'altérité et la révélation dans et par leur nomination absolue? C'est dire, reste-t-il ou peut-il encore rester un impensé inappropriable et innomable par le système absolu de la réappropriation et de la nomination? Un impensé autour duquel tournerait et ne cesserait de tourner - mais autrement et pas encore - le penser hégélien.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Galilée à Paris

Le sacrifice de Hegel


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 543 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 538-543

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 COHEN A
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2002 COHEN B

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2002CAEN1368
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Galilée à Paris

Informations

  • Sous le titre : Le sacrifice de Hegel
  • Dans la collection : La philosophie en effet , 0768-2395
  • Détails : 1 vol. (213 p.)
  • ISBN : 978-2-7186-0754-22-7186-0754-8
  • Annexes : Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.