Du verbe aux voix : la quête du sens dans la poésie moderne (Yves bonnefoy, André du Bouchet, Philippe Jaccottet)

par Jean-Pierre Zubiate

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Lucienne Cantaloube-Ferrieu.

Soutenue en 2001

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Cette étude tend à définir une sensibilité poétique née au sortir de la deuxième guerre mondiale et qui s'est développée sur un demi-siècle à partir des interrogations que l'histoire obligeait à se poser relativement à la validité du discours d'imagination. La question du Sens y sert de fil directeur, qui permet d'articuler un moment historique particulier de la pensée et de la création aux problématiques multiples qu'il exigeait de résoudre et qui tournaient autour d'une justification linguistique, philosophique et ethique de la pratique esthétique et, notamment, poétique. On observe donc comment des poètes majeurs ont cherché à nouer le fil du Sens contre les postures qui, à même époque, invalidaient un tel concept, sans pour autant en revenir aux tentations de la mimésis. Cherchant à justifier une forme de réalisme dans un contexte qui rendait un tel projet improbable, se vouant à justifier une présence du monde, de la personne et d'une parole transitive au coeur du dire, ces poètes ont embrassé le paradoxe en pariant pour la poésie comme discours de liaison et pour une assimilation interrogative de la reflexivité par la pratique imaginaire. Cette gageure les a amenés à élaborer une autre définition du Sens, fondée sur le concept de parole possible et, partant, un nouveau monde de réalisme, dégagé de toute métaphysique, fondé dans l'ontologie et la phénoménologie. Cette double redéfinition autorisant la plus large pratique figurale et imaginale, un tel projet a pu être illustré par des auteurs aux pratiques stylistiquement très distinctes : André du Bouchet, Yves Bonnefoy et Philippe Jaccottet nous ont ainsi paru affirmer, non pas une célébration du Sens contre la forme, ni l'inverse, mais la valeur de toute figuration comme figuration, la notion de figure venant subsumer chez eux les clivages axiologiques des formes individuées et suggérant une présence participative réciproque des oeuvres et du monde.


  • Résumé

    This study tries to define a poetical sensibility which began after the Second World War and which developped, during a half-century out of the questions provoked by the events of recent History, concerning the validity of imaginative discourse. In this respect, the question of Meaning is used as a directional thread, insofar as it allows to articulate a precise historical moment of thought and creation with regards to the multiple problems that it was necessary to solve and that revolved around a linguistical, philosophical and ethical justification of esthetic and, notably, poetical practice. It is therefore observed how majors poets have attempted to defend Meaning against the postures which, during the same era, relegated this concept to the past, but without returning to the temptations of Mimesis. Attempting to justify a form of realism in a context which made such a project improbable, dedicating themselves to justifying a presence of the world, the person and the transitive word in the regions of expression, these poets embraced the paradox, betting on poetry as a discourse of connecting and on an interrogative assimilation of the reflexivity through imaginative practice. This wager led them to the elaboration of another definition of Meaning, based on the concept of the possible word and, therefore, a new mode of realism, free from all metaphysic, based in ontology and phenomenology. This double redefinition allowed for the widest figural and imaginal practice. We have also chosen to illustrate such a project by referringto three authors who had very different stylistic practices : André du Bouchet, Yves Bonnefoy and Philippe Jaccottet seemed to assert, neither a celebration of Meaning against Form, nor the reverse, but the value of all figuration as figuration, the notion of the figure subsuming the axiological divisions of individual forms and suggesting a participatory presence, from the world to the works and from the works to the world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 Vol. (606 f.)
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. f. 571-597. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.