Création, récréation, recréation : figures du grotesque littéraire

par Milena Burkart

Thèse de doctorat en Littérature française, générale et comparée

Sous la direction de Olivier H. Bonnerot.

Soutenue en 2001

à Strasbourg 2 .


  • Résumé

    Le terme grotesque est né au début du seizième siècle pour désigner une forme d'art ornemental spécifique à la Renaissance italienne ; mais il acquiert vite une vie autonome et devient une notion esthétique qui traverse les siècles et les frontières de l'art pictural. Au cours de ces extensions, le grotesque perd ses contours et devient une notion hétéroclite, en peinture comme en littérature. Cette étude propose non pas une redéfinition du grotesque, mais une comparaison de figures littéraires grotesques qui met à jour les similitudes avec les origines picturales de la notion. A travers des oeuvres littéraires du dix-neuvième et du vingtième siècle, les deux apogées du grotesque après la Renaissance- on découvre un langage imagé qui procède à la dislocation et à la recomposition des corps, qui est à la fois recréation des données naturelles et récréation ludique de l'artiste. . .

  • Titre traduit

    Creation - recreation : figures of the grotesque in literature


  • Résumé

    The origine of the word grotesque lies in the beginning of the 16th century, when it stands for a specific form of ornamental art in the Italian Renaissance. . . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 425 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.371-419

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2001
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : M.500.732,2001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.