Contribution à l'étude paléoparasitologique des sites néolithiques en environnement lacustre dans les domaines jurassien et péri-alpin

par Sophie Dommelier-Espejo

Thèse de doctorat en Paléoparasitologie

Sous la direction de Françoise Bouchet et de Jean-Claude Paicheler.

Soutenue en 2001

à Reims .


  • Résumé

    Les trois sites lacustres néolithiques étudiés sont Chalain, Clairvaux (Jura, France) et Arbon (lac de Constance, Suisse). Le materiel se compose de coprolithes et de sédiments provenant de couches archéologiques couvrant la période de 3700 a 2500 ans av. J. C. Un comparatif de l'helminthofaune est établi entre les sites de Chalain, de Clairvaux et d'Arbon. L'analyse d'une colonne stratigraphique épaisse de 1,80 metre démontre que les élements parasitaires observés sont en place dans les niveaux archéologiques. La présence du genre fasciola dans les niveaux de craie lacustre pose la question de la fréquentation des rives par des troupeaux domestiques ou sauvages lors des phases d'abandon du site. L'identification des parasites se base sur la reconnaissance de la forme de résistance du parasite : l'UF, caracterisé par sa morphologie et sa morphométrie. Une étude morphométrique montre que les phénomènes taphonomiques entrainent des variations négligeables de leur taille. Le néolithique est une période de bouleversements, entre autre des relations homme-animal, favorisant les anthropozoonoses. Il est mis en évidence une relation entre la diversité parasitaire et la densité de population installée sur les rives des lacs de Chalain et Clairvaux. Les parasites rencontrés démontrent les difficultés de la vie quotidienne de nos ancêtres, nous renseignent sur les habitudes alimentaires et sur les pathologies parasitaires. Cette première étude tend à démontrer que certains parasites anecdotiques de nos jours étaient plus largement répandus à l'époque néolithique (capillaria sp. ). Trois formes parasitaires sont déterminées pour la première fois sur des sites néolithiques : capillaria, dioctophymides et opisthorchiides/hétérophyides. En revanche, l'ascaris surprend par sa quasi-absence. Parmi les questions se pose la variabilité des cycles biologiques, leur évolution au cours du temps et le problême de la transmission latérale d'un hôte à un autre en fonction de la paléofaune inventoriée.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 193-212

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Bibliothèque Moulin de la Housse.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque d'anatomie comparée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH. 433

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2001REIMS006
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.