Etude des mecanismes et des performances d'un systeme de production electrochimique de radicaux hydroxyles pour eliminer des composes organiques dissous. Cas de l'azocarmine b et de l'atrazine

par Anne Ventura

Thèse de doctorat en Sciences et techniques. Sciences et techniques communes

Sous la direction de Alain Bermond.

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La methode appelee electro-fenton reduit electrochimiquement fe(iii) et o2 en fe(ii) et h2o2 qui reagissent selon la reaction de fenton en donnant des radicaux hydroxyles. Nos objectifs sont d'une part de quantifier la production de ces reactifs en utilisant de faibles concentrations initiales en fe(iii), et d'autre part de comparer les performances de notre systeme experimental en milieu acide avec d'autres procedes d'oxydation. L'azocarmine b est mieux degradee lorsque le fe(ii) est regenere electrochimiquement que par la reaction de fenton. La constante cinetique de regeneration de fe(ii) a 1,3. 10-2 s-1. Mais de nombreux resultats restent partiellement inexpliques et necessitent des experiences complementaires : 1) une importante partie de fe(iii) ajoute initialement n'est pas reduite a l'electrode, ce qui laisse penser qu'il se trouve majoritairement sous des formes precipitees ou colloidales 2) le colorant est aussi significativement degrade lors de la reduction de o2 sans apport de fer. Cette disparition peut etre selon nous expliquee soit par un apport de traces de fer non controle, soit par une reduction de o2 a un electron en radical superoxyde qui oxyderait l'azocarmine b. La degradation de l'atrazine est comparable ou superieure aux procedes d'oxydation ne faisant pas intervenir les rayonnements ultraviolets : o3, h2o2, o3/h2o2, fe(ii)/h2o2. L'oxydation du pesticide procede majoritairement par n-dealkylation, aboutissant a la deethyldeisopropylatrazine en 4 h. Une mesure apres 16 h indique que ce produit a disparu, conjointement a une forte augmentation du ph (attribuee a la consommation de protons lors de la reduction de o2). Une analyse des differents sous-produits possibles de la deethyldeisopropylatrazine est indispensable pour comprendre les mecanismes reactionnels mis en jeu. Un suivi de l'intensite du courant permet d'estimer la production en h2o2 a 6,2. 10-4 mol/l/h et celle en fe(ii) a 3. 10-4 mol/l/h.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 121 p.
  • Annexes : 144 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris Claude Bernard. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.