Le mythe littéraire de Barcelone

par Georges Serra

Thèse de doctorat en Littératures comparées

Sous la direction de James Dauphiné et de Marie-Stéphane Bourjac.

Soutenue en 2000

à Toulon , en partenariat avec Université de Toulon et du Var. Faculté de lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    La thèse se propose d'analyser l’image de Barcelone façonnée par les écrivains et artistes étrangers, espagnols et catalans (photographes, plasticiens. . . ) durant la période 1909-1992, dates qui représentent pour la Catalogne deux moments historiques majeurs : la révolte dite de "La Semaine Tragique" et les Jeux Olympiques. Ce travail s'inscrit dans la démarche de comparatistes comme Daniel-Henri Pageaux qui a montré comment l'image littéraire révèle la culture "regardante". Cette approche permet l'utilisation d'outils critiques variés ["sociologie de la littérature" (Lukacs), symbolique de l'espace (Bachelard), "mythocritique" (Pierre Brune!)]. Dans le livre I, on s'attache à montrer comment le mythe de Barcelone est lié à la topographie de la ville (vieille ville souterraine et labyrinthique et ville moderne voulue comme cité-jardin) et comment les écrivains, étrangers principalement, y ont poursuivi leur quête d'orient, suivant la tradition du XIXème siècle, dans un parcours souvent odysséen. En privilégiant les bas-fonds de la ville, -le Barrio chino-, les écrivains font de Barcelone une ville maudite telle Babylone ou Ninive. Dans le livre II, on souligne comment, simultanément, Barcelone devient ville des origines pour les narrateurs ou protagonistes, mais aussi, celle de la décadence dans la tradition de Huysmans et de Lorrain : la ville de toutes les libertés. Le statut du héros est en effet celui d'un fugitif en quête de reruge dans un "ailleurs" rêvé. Dans ce même livre, on montre comment les écrivains ou artistes catalans approchent cet univers. Enfin, dans le livre III, on étudie l'impact de l'histoire sur la ville. Barcelone, ville libertaire pour les écrivains étrangers (premier tiers du XXème siècle), ville dépossédée de sa mémoire pour les écrivains barcelonais après la Guerre civile, et ville postmoderne, uniforme (années 80), démythifiée par le roman policier à l'approche des Jeux Olympiques mais qui conserve son identité, sa catalan-éité.

  • Titre traduit

    The Literary Myth of Barcelona


  • Résumé

    This thesis intends to analyse the picture of Barcelona as it was drawn by foreign writers and artists, but also by Spanish and Catalan ones (photographers, plastic-artists) between 1909 and 1992; those two dates refer to two major historic events in Catalonia : the rebellion of the so called "Tragic week" and the Olympic Games. This work is in keeping with that of such specialists in comparative literature as Daniel-Henri Pageaux who showed how the image can reveal the "witnessing" culture. That approach enables one to use a variety of criticism tools : Sociological Approach of Literature (Lukacs), Symbolism of space (Bachelard), mythological criticism (Pierre Brunei). In book 1, our purpose is to show how the myth of Barcelona is linked with the topography (both an old underground city with its labyrinths and a modern one designed to be a Garden-City) and how writers, mainly foreign ones, pursued their search of Orient, according the XTXth century tradition, on a truly epic journey. By referring to the worst parts of the city (Barrio chino) and thence putting them forward, writers turned Barcelona into a damned city like Babylon or Ninive. In book II, we underline how Barcelona became the original city for narrators and protagonists and in the meantime the city of decay in the tradition of both Huysmans and Lorrain : the city of full freedom. The status of the hero is indeed that of a runaway in search of a shelter in a fancied « somewhere else». In that book we also understand how Catalan writers and artists approach that world. Eventually, in book IIT, we can study the impact of history on the city. Barcelona seen as a libertarian city by foreign writers (first third of the XXth century) or as a city that was deprived of its own memory by Barcefonian writers after the Civil War; it is also perceived as a post-modern, uniform city (during the 80's) deprived of its myths by detective novels as the Olympic Games approached, but it keeps its identity, its way of being Catalan

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (868 f.)
  • Notes : Thèse non reproduite car non corrigée
  • Annexes : Bibliographie f. 758-802. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.