Ethnicité, classe sociale et rapports sociaux de sexe en Guyana

par Steve Garner

Thèse de doctorat en Études latino-américaines

Sous la direction de Jean-Claude Redonnet.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    Selon notre hypothèse principale, l'identité est plurielle. Ainsi, des études qui ne concerneraient que l'ethnicité ne prendraient pas en compte une réalité sociale complexe, dans laquelle la combinaison de facteurs identitaires sert de base à des actions politiques. La Guyana est un état postcolonial anglophone au sein duquel deux ethnies l'une afro-guyanienne et l'autre indo-guyanienne, se contestent réciproquement le pouvoir depuis la fin des années 50. L'analyse de l'évolution des idéologies qui animent cette société démontre que l'identité ethnique n'est pas la seule source d'inégalité dans les rapports de pouvoir. Classe sociale et genre restent, à cet égard, des facteurs essentiels. Les autres domaines choisis par ce travail de recherche pour analyser les relations intercommunautaires sont l'économie parallèle des années 70 et 80 ; le cricket (le sport national), le mouvement syndical. Leur étude montre que l'appartenance ethnique est présentée dans la plupart des travaux sur la Guyana comme un facteur déterminant. La réalité demeure cependant plus complexe, classe sociale et les rapports sociaux de sexe revêtant à plus d'un titre une importance. Le chapitre de conclusion replacera la Guyana dans un cadre comparatif international en proposant un lien entre, d'une part, les paradigmes dominants des études postcoloniales, et d'autre part, la résolution de certains conflits à l'échelle mondiale.

  • Titre traduit

    Ethnicity, class and gender relations in Guyana


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Ian Randle Publishers à Kingston, Miami, Fla.

Guyana, 1838-1985 : ethnicity, class and gender


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 551 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 386 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4729
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4145

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Ian Randle Publishers à Kingston, Miami, Fla.

Informations

  • Sous le titre : Guyana, 1838-1985 : ethnicity, class and gender
  • Détails : 1 vol. (XIX-359 p.)
  • Notes : Reflections on class and gender relations. Ethnicity as a process. Ethnicity, class and gender in colonial British Guiana. Unionization, the changing labour market and the birth of the multi-ethnic nationalist movement (1916-1953). The premature death of a nationalist movement: ethnopoliticization and inter-communal violence (1953-1968). The geopolitical stakes of a decolonization and its impact on the ethnicization of conflict. The social and economic stakes of the postcolonial state (1964-1985). Traders, feeders and cheerleaders of the nation: women in postcolonial Guyana. Cricket as a transformative domain. 'Up with food! Down with race!': the articulation of ethnicity, class and gender relations in the 1983 food struggle. The GTUC takeover: ethnopolitical interpretations. Semi-orientals and infestations: toward a parallel postcolonial paradi.
  • ISBN : 976-637235-7978-976-637235-4
  • Annexes : Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.