Transfert de pesticides dans les eaux de surface aux échelles de la parcelle et d'un bassin versant viticole : étude expérimentale et éléments de modélisation

par Xavier Louchart

Thèse de doctorat en Science du sol

Sous la direction de Marc Voltz.

Soutenue en 1999

à Montpellier, ENSA .


  • Résumé

    Le risque de contamination des eaux de surface par les produits phytosanitaires est un probleme environnemental croissant. Ce travail porte sur l'etude des processus de transfert par ruissellement de deux herbicides (diuron et simazine) aux echelles de la parcelle et du bassin versant, sur un site experimental viticole mediterraneen (roujan, herault). Il vise egalement a evaluer l'influence de deux pratiques culturales majeures en vignoble languedocien sur la contamination des eaux de surface. La demarche experimentale mise en uvre a consiste en un suivi sur 3 annees des teneurs en herbicides dans le sol et en un suivi des flux d'herbicides dans l'eau de ruissellement aux exutoires de deux parcelles et du bassin versant. A l'echelle de la parcelle, nous avons caracterise la variabilite spatio-temporelle de la dissipation des herbicides dans le sol en relation avec les evolutions de la teneur en eau et de la temperature du sol, et modelise les cinetiques de dissipation observees. La disponibilite des herbicides a l'eau de ruissellement diminue au cours du temps. Mais les herbicides sont detectables toute l'annee dans les eaux de surface a des concentrations de 0. 1 a 1000 g/l. Les pertes annuelles en herbicides dans les eaux de ruissellement varient de 1 a plus de 10% des quantites appliquees. Une typologie des evolutions de concentrations au cours des crues a ete realisee. Les types de crue identifies correspondent a des evenements d'intensites de pluie differentes. Les implications de ces resultats en terme de mobilisation des herbicides du sol par l'eau de ruissellement sont discutees. A l'echelle du bassin versant, du fait de la preponderance du ruissellement de surface dans l'ecoulement, aucun effet d'echelle n'est observe sur les concentrations en periode de crue par rapport aux parcelles. Par contre, les pertes annuelles en herbicides sont bien inferieures a celles de parcelles (<0. 5% des quantites appliquees). Ce resultat s'explique par des infiltrations d'eau et d'herbicides au niveau des fosses, contaminant ainsi les eaux souterraines. Le desherbage chimique du rang de vigne et le labour repete de l'interrang reduisent de 3 a 15 fois les pertes annuelles en herbicides dans les eaux de surface par rapport au desherbage chimique integral.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 219-235

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Géosciences et environnement.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 99 NSAM 0014
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.