Le bal : approche anthropologique : l'exemple du Mans (1850-1950)

par Serge Bertin

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Donatien Laurent.

Soutenue en 1999

à Brest .


  • Résumé

    Inspirée des travaux de Francois Gasnault sur le bal parisien au dix neuvième siècle, l'étude analyse les liens qui unissent les manceaux à la danse. Du même coup, elle se place dans la ligne tracée par Jean Michel Guilcher qui voit dans la danse un révélateur social. Elle se présente comme un essai d'approche anthropologique de la danse en milieu urbain provincial : le bal, c'est une entité économique qui doit, avant tout, sa viabilité aux acteurs qui l'animent : musiciens et surtout tenanciers. C'est aussi un lieu de sociabilité qui s'inscrit dans divers cadres emboîtés : la salle, l'environnement immédiat, le quartier, la ville. Intégré dans l'espace, le bal se définit aussi par rapport au temps, qui détermine les occasions de la danse : temps réguliers, temps forts, temps exceptionnels. . . Le bal est surtout un irremplacable lieu de rencontre : mélange des corps, découverte des coeurs unis en de communes sensations. L'union entre la danse et les manceaux fut fructueuse, si l'on en juge par le nombre impressionnant des salles qui ont fonctionné au mans : plus d'une centaine entre 1850 et 1950 ! Elles affichent une grande diversité, depuis le simple bal public de quartier jusqu'au dancing, du bal champêtre à la salle de réunion aménagée pour la circonstance. Seules, quelques traces subsistent aujourd'hui, qui représentent, pour de nombreux manceaux, des repères importants dans la structuration de leur espace familier.

  • Titre traduit

    The dance, anthropological essay : Le Mans (1850-1950)


  • Résumé

    Inspired by Francois Gasnault's works on the Parisian dance in the 19th century, this study analyses links between Le Mans' inhabitants and dance. Consequently, it's in line with Jean Michel Guilcher who thinks dance is revealing of society. It tries to be an anthropological essay on dance in an urban provincial background. Dance is an economic entity which mainly owes its reality to those who make it live : musicians and first of all managers. It is also a social place which fits in different involved scopes : hall, background, neighbourhood, and town. Integrated into space, dance is also related to time which determines its moments of action : regular ones, important or special occasions. . . Mostly, a dance hall is a matchless meeting place : bodies and souls mixed bound together by same feelings. This correlation between dance and le mans' inhabitants was fruitful, when we consider the great number of dance halls which were opened in the town : more than a hundred from 1850 to 1950 ! They show an important variety, from a popular dance hall to a more commercial one, from open air dance to a meeting place occasionally fixed. To day remains are rare, and they represent important marks in the familiar background of a great number of inhabitants.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (691 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation. Section lettres et sciences sociales.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRX99/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.