Le diabète de type 1 autoimmun : du laboratoire à la clinique : études chez la souris NOD des mécanismes cellulaires précoces

par Catherine Atlan

Thèse de doctorat en Médecine. Nutrition

Sous la direction de Bernard Vialettes et de Philippe Naquet.

Soutenue en 1999

à Aix-Marseille 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail chez la souris NOD a été réalisé dans le but d'étudier les phénomènes immunitaires précoces accompagnant le début du diabète chez la souris NOD, pouvant éventuellement permettre de développer des outils de dépistage précoce du diabète de type 1 chez l'homme. Ces analyses ont donc été réalisées avec un objectif de transfert des connaissances chez l'homme. Dans un premier travail une étude des propriétés fonctionnelles des lymphocytes T périphériques à différents âges chez la souris NOD femelle ou dans le modèle du diabète accéléré chez le mâle a été réalisée. Elle a permis de mettre en évidence d'une part des anomalies d'activation lymphocytaire globale, d'autre part au moment du diabète une modification de la balance entre lymphocytes de type Thl et Th2 variable selon les sous populations étudiées. Nous avons identifié une variabilité de comportement selon les sous-populations lymphocytaires testées survenant au moment du diabète, avec en particulier parmi les lymphocytes reconnus par les anticorps antiVβ6 une forte prédominance de lymphocytes de type Th2. Ces lymphocytes Vβ6 de type Th2 sont capables de transférer le diabète. Dans un deuxième travail chez la souris NOD, nous avons cherché à étudier les mécanismes immunitaires à l'origine de la diminution de l'incidence du diabète dans un modèle de manipulation diététique. Chez des souris nourries avec un hydrolysat protéique et chez lesquelles l'incidence du diabète était diminuée, la réponse lymphocytaire T a été étudiée, et montrait une tendance à une discrète amélioration. Dans un troisième volet de ce travail nous nous sommes intéressés aux particularités structurales et/ou fonctionnelles du thymus de la souris NOD, responsables du passage en périphérie de lymphocytes T autoréactifs. C'est cette fois dans une vision plus globale de recherche de phénotype "autoimmun" que cette étude a été réalisée, en cherchant des. Points communs entre plusieurs lignées murines développant des pathologies autoimmunes. Un phénotype thymique a été identifié associé au développement ultérieur d'une pathologie autoimmune clinique. Ce phénotype associe une diminution de la taille de la médulla thymique, et une dispersion des cellules médullaires dans le cortex avec une perte de la cohésion des foyers médullaires au sein desquels ont lieu les processus de sélection négative. L'ensemble de ces travaux nous ont conduit à développer un concept d'anomalies globales du système immunitaire, associées au développement de pathologies autoimmunes, génétiquement déterminées, mais dont l'intensité est variable et modulable.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (103 [+ 43] f.)
  • Annexes : Bibliogr. 267 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 229
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.