Régulation de l'expression des gènes de l'argininosuccinate synthétase (ASS) et de l'argininosuccinate lyase dans le foie et dans le rein de rat

par Isabelle Goutal

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Annie Husson.

Soutenue en 1998

à Rouen .


  • Résumé

    L'argininosuccinate synthetase (ASS) et l'argininosuccinate lyase (ASL) sont étudiées dans le foie où ces deux enzymes participent à la synthèse de l'urée et dans le rein où elles permettent la synthèse d'arginine. La régulation de l'expression de leurs gènes est étudiée chez le rat, au cours du développement périnatal et au cours du diabète. Chez le foetus, les gènes de l'ASS et de l'ASL sont exprimés dans de nombreux organes, en particulier dans l'intestin, le foie et le rein. Au cours du développement, l'augmentation du taux de messager de l'ASS est similaire dans le foie et dans le rein, alors que le taux de messager de l'ASL augmente rapidement dans le foie à la naissance et s'élève plus lentement dans le rein. Cette augmentation est liée à une élévation de la transcription des gènes dans les deux organes. Le déterminisme du développement de l'expression de ces gènes diffère selon l'organe puisque les glucocorticoïdes ne sont pas impliqués dans la maturation périnatale de ces enzymes dans le rein, contrairement à ce qui est observé dans le foie. Au cours du diabète insulinodépendant induit par l'administration de streptozotocine, l'élévation des activités de l'ASS et de l'ASL observée dans le foie et dans le rein suit l'augmentation du taux des ARNm spécifiques, consécutive, au moins en partie, à une stimulation de la transcription des gènes. Contrairement au foie où l'élévation du taux des messagers persiste au moins pendant 21 jours, l'élévation apparaît transitoire dans le rein. Dans les deux organes, l'augmentation des activités enzymatiques due au diabète est diminuée par l'apport d'insuline. Cet effet inhibiteur apparaît également au niveau des ARNm dans le foie et résulte, au moins en partie, d'une réduction du taux de transcription des gènes. L'augmentation du taux des ARNm de l'ASS et de l'ASL pourrait être due à l'hyperglycémie présente dans le diabète puisque la normalisation du glucose plasmatique par l'apport de phlorizine, sans modification du rapport insuline/glucagon, abaisse le taux des messagers dans les deux organes. L'hypoinsulinémie et l'hyperglycémie participent donc à la stimulation de l'expression de ces gènes au niveau hépatique et rénal. Les gènes de l'ASS et de l'ASL, bien qu'impliqués dans des fonctions différentes dans le foie et dans le rein, ont une expression qui présente des similitudes dans les deux organes. Le niveau majeur de régulation, que ce soit pendant le développement ou lors d'une pathologie comme le diabète, est essentiellement transcriptionnel.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (153 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 318 références.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 98/ROUE/S003
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences site Madrillet.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 98/ROUE/S003
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.