Le droit dans l'oeuvre de Freud

par Marie-Dominique Trapet

Thèse de doctorat en Psychanalyse

Sous la direction de Sophie de Mijolla-Mellor.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .


  • Résumé

    Le vocabulaire judiciaire utilisé par Freud a constitué le point de départ de notre recherche de la «juridicté» de l'oeuvre freudienne. Nous avons trouvé un Freud soucieux de défendre la cause de la psychanalyse et de faire valoir son bon droit. Plus profondément, nous avons pu vérifier que les fonctions judiciaires attribuées par Freud au surmoi renvoyaient, non pas tant à la justice kafkaïenne comme nous l'avions d'abord pensé, qu'à un modèle biblique. L'équivalence établie par Freud lui-même entre la culpabilité et le péché allait nous amener, par un détour à travers les textes fondateurs de la Bible, à découvrir comment Freud avait - peut-être inconsciemment mais efficacement - déplacé l'histoire du peuple d'Israël sur le terrain intrapsychique. Le meurtre du Père allait notamment rejoindre le rêve de la mort de Dieu et permettre de comprendre le phénomène de l'accroissement de la culpabilité. Dans la clinique judiciaire comme analytique, la parole joue un rôle décisif. Nous avons ainsi comparé sous divers aspects le procès et la cure avant de dresser un rapide bilan des interactions entre le droit et la psychanalyse.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (840 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 820-840

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (1998) 127
  • Bibliothèque : Institut catholique de Paris. Bibliothèque de Fels.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : 9097/1217
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.