La politique extérieure des Etats-Unis vis-à-vis du Maghreb pendant les années Reagan

par Amina El Khalil

Thèse de doctorat en Monde anglophone

Sous la direction de Jean-Michel Lacroix.

Soutenue en 1998

à Paris 3 .


  • Résumé

    Cette thèse montre que les relations entre les Etats-Unis et le Maghreb durant les années Reagan ont été d'une intensité jamais atteinte auparavant. Cette intensité doit autant à la nature de la politique extérieure de l'administration Reagan (retour du leadership américain sur le monde, endiguement et recul de l'influence soviétique, renforcement des alliances avec les pays allies, combat contre le terrorisme international) qu'a la diversité des pays du Maghreb (monarchie au Maroc, république socialiste en Algérie, république en Tunisie, Jamahiriya, ou "état des masses", en Libye). Le Maghreb s'est inscrit dans la politique extérieure des Etats-Unis tour à tour comme un médiateur, un allie et une cible. Le rôle de médiateur a d'abord échu à l'Algérie, choisie en novembre 1980 par l’Iran comme intermédiaire dans la négociation pour la libération des otages américains. Ce fut ensuite au Maroc, secondé par la Tunisie et l'Algérie, de jouer un rôle de médiation dans le conflit israélo-palestinien (plan de Fès de 1982, rencontre Hassan II-Peres en 1986). Cela conduisit les Etats-Unis à se rapprocher de ces pays, d'autant plus que le Secrétaire d'état, Alexander Haig, était persuadé de l'importance stratégique de cette région du sud de la méditerranée. Si les Etats-Unis ont un intérêt géopolitique certain à rechercher des alliances au Maghreb (droits d'atterrissage sur les bases militaires marocaines, renforcement de l'aide militaire au Maroc et à la Tunisie pour endiguer l'expansionnisme libyen), ces derniers y trouvent également avantage (pour le Maroc, aide militaire et soutien diplomatique dans le conflit du Sahara, pour la Tunisie, aide militaire afin de l'aider à faire face aux "appétits" de son voisin libyen). Enfin, l'escalade des tensions entre la Libye et les Etats-Unis fit du Maghreb une cible lors des opérations de représailles américaines (opérations Prairie Fire et el dorado canyon en 1986).

  • Titre traduit

    United States foreign policy toward Maghreb during the eagan years, 1981-1989


  • Résumé

    This thesis shows that the relationships between the United-States and the Maghreb during the Reagan years reached an unprecedented level. This was due as much to the nature itself of Reaga’s foreign policy (re-establishment of the american leadership in the world, containment and roll-back of soviet influence, strengthening of alliances with allied countries, fight against international terrorism) as to the diversity of the Maghreb countries (monarchy in Morocco, socialist republic in Algeria, republic in Tunisia, Jamahirya, or "gathering of the masses", in Libya). In the U. S. Foreign policy, Maghreb appeared, in turn, as a mediator, an ally and a target. Algeria was the first to play a mediation role in 1980, when chosen by Iran to act as a go-between with the U. S. In the negotiation to free the american hostages. Then it was Morocco's turn, helped by Algeria and Tunisia, to be a mediator in the arab-israeli conflict (fez peace plan in 1982, Hassan II - Peres meeting in 1986). This resulted in a strengthening of the links between the U. S and these countries, as the secretary of state, Alexander Haig, was a firm believer of the strategic importance of the southern shore of the mediterranean sea. If the U. S. Had an obvious geopolitical interest in seeking alliances in this area (landing rights on Moroccan air bases, increased military assistance to Tunisia in order to contain Libyan expansionism), these countries also benefitted from them (for Morocco, military assistance and diplomatic support in the western Sahara conflict, for Tunisia, military assistance against Libyan expansionist views). Lastly, the increasing tensions between the U. S. And Libya resulted in Maghreb being a target during the american retaliatory air raids (operations prairie fire and el dorado canyon in 1986).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (512 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6704
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.