Le Parlement de Metz et les protestants de 1633-1735

par Martial Villemin

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Alfred Wahl.

Soutenue en 1997

à Metz .


  • Résumé

    Sont étudiés ici, presqu'exclusivement d'après les archives judiciaires conservées aux archives départementales de la Moselle, l'application des édits, déclarations et ordonnances du roi concernant l'exercice du culte protestant et la vie des protestants eux-mêmes, dans le ressort du parlement de Metz créé en 1633. Plus de 400 procès, tant devant le parlement que devant les bailliages de Sedan et de Metz, sont détaillés; ils impliquent, à des niveaux et des titres divers, près de 900 personnes. Pratiquement on constate ici un certain adoucissement des contraintes telles qu'appliquées dans le reste du royaume, spécialement dans le domaine des professions interdites et également vis à vis des parents envoyant leurs enfants à l'étranger, sans toutefois aller jusqu'au "régime de faveur" qu'a connu l'Alsace. Les fugitifs, ceux qui quittent le royaume, après la révocation, sont visiblement animés d'une foi profonde; de même les opiniâtres, ceux qui refusent les sacrements de l'église catholique sur leur lit de mort; on peut en dire autant de ceux qui vont se marier dans les pays étrangers. Les blasphémateurs et les irrévérencieux nous apparaissent surtout comme des provocateurs, on n'en rencontre d'ailleurs plus lorsque la lutte contre "l'hérésie" est plus vigoureuse, ces manifestations se révélant finalement assez enfantines et inutiles. Quant aux relaps, il est patent qu'ils agissent pour des raisons d'intérêt immédiat. Deux cas de sacrilèges seulement sont relatés, dont un pour le moins douteux. Les biens immobiliers (terres, vignes, maisons) abandonnés par les fugitifs sont mis en régie pour être loués en adjudication publique pour une durée de trois années. Ne sont mis en vente que les biens meublés ou les denrées périssables. Les revenus tirés des biens délaissés sont affectés par le roi à la propagation de la foi catholique et à l'entretien de certains pasteurs qui ont adjuré. Dans 32 cas, les biens sont mis en vente, uniquement lorsque des créances sont présentés par des tiers et qu'elles ne peuvent être soldées par l'actif liquide disponible, une fois qu'a été prélevée l'amende destinée au roi. Il n'est pas constaté de véritables transferts de propriété, autres que quelques donations ponctuelles. Les conséquences sont étudiées tant sur le plan législatif (création de l'expression "religion prétendue reformée"), religieux et philosophique (désacralisation générale, indifférentisme, déisme, anticléricalisme et laïcisme), que démographique (perte de 75% de la population des réformés, dont près de 40% au cours des trois ans qui suivent la Révocation), et économique (perte de ressources humaines et du support financier du commerce). Cependant nous pensons qu'une ville comme celle de Metz qui a perdu 11% de sa population totale, n'a mis que quelques années pour se relever. Nous en arrivons à dire que la catastrophe économique qu'on a attribuée à la Révocation de l'Edit de Nantes a été beaucoup exagérée, notamment sous l'effet de la "propagande" protestante contre Louis XIV et sa politique de rigueur. Le royaume de France s'est toutefois vu privé de ceux qui avaient la capacité d'innover, c'est là que s'est située la perte principale et, par voie de conséquence, le gain pour les pays du Refuge

  • Titre traduit

    The Parliament of Metz and the protestants (1633-1735)


  • Résumé

    The study deals primarily with the application of the king's edicts, declarations and ordinances regarding the practice of the protestant faith and the life of the protestants themselves within the jurisdiction of the metz parliament which has been set up in 1633. The study is based almost exclusively on the court archives kept in the departement de la moselle archives. Over 400 court hearing are detailed, which took place either in the parliament or in the bailliages of metz and sedan: they involve about 900 people in various level and positions. We have discovered that some of the constraints applied in the rest of the kingdom had been eased, more specifically in the area of the forbidden professions and also with respect of the parents sending their children abroad; this however not going as far as the most favored status enjoyed by alsace. Fugitives, those leaving the kingdom after the revocation of the nantes edict have been found to have a strong religious faith, as is the case with the opiniated (opiniatres), those who refuse the catholic sacraments on their death bed; the same can be said of those who marry in foreign countries. The blasphemers and the irreverentials (irreverencieux) often appear as mere provokers and are seldom to be found when the struggle againts "heresy" gets stronger, as if their demonstrations appear somewhat childish and purposeless. As for relapsors, it is self-evident that they act on short-term interest grounds only two cases of sacrileges are described, of which one is highly questionnable. Real estates (farms, land, vineyards and houses) left behind by fugitives are rented in public auctions for periods of three years; only removable property (such as furnitures) and perishable goods are imediateley sold. Money obtained through such rents and sales is allocated by the king to the caisse des conversions for the catholic religion propagation and for the welfare of some pastors who have abjured. In 32 cases only, properties are sold when the debts which have been claimed by third parties, cannot be covered by the available money assets after the king's fine has been deducted. Nowhere does it seems that actual properties have not changed hands, aside from a few sporadic donations granted directly by the king. Consequences are studied here from several standpoints: legally (the phrase "religion prétendue réformée" or RPR, is coined), religiously and philosophically (general desacration, indifferentism, deisme, anticlericalism and laicism), demographically (los of 75% of the reformed population, of which almost 40% took place during the three years following the trade). However, we believe that a city as Metz which lost 11% of its total population took only a few years to recover. This brings us to the conclusion that the dire economic consequence which have to be attributed to the revocation have been greatly overplayed, mostly due to the protestant propagande against Louis XIV and his tough policies. The french kingkom lost however, those who had the strongest capacity to innovate ; this is where the main loss reside and by way of consequence where the again is for the countries which welcomed the fugitives

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par ANRT à Lille

Le Parlement de Metz et les protestants : 1633-1735


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (777 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 5-16. Index. Glossaire

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque du Saulcy.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2252
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par ANRT à Lille

Informations

  • Sous le titre : Le Parlement de Metz et les protestants : 1633-1735
  • Détails : 2 vol. (777 p.)
  • ISBN : 2-284-01752-5
  • Annexes : Bibliogr. p. 5-16. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.