L' écriture romanesque de Toni Morrison

par DORRA TRIKI

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Alain Bonora.

Soutenue en 1997

à l'Université Savoie Mont Blanc .


  • Résumé

    Cette étude porte sur les modalités de l'écriture dans les six romans de Toni Morrison. Elle s'attache d'abord au découpage du texte et à la structure profonde comme stratégie allusive de signification, ou bien miroir des relations entre personnages, trajet plein d'énigmes et fausses pistes ou parfois la linéarité éclate et dont la fin reste ouverte. L’espace de l'homme se distingue des lieux de la femme : maison et foyer, géographie comme théâtre de la mobilité, lieux de tradition et espaces de modernité, territoires de la ville et pôles de la grande migration jalonnent les récits mais on assiste aussi au brouillage des repères. Les cadres et niveaux de la temporalité incitent à proposer une théorie du temps féminin et du temps noir vécu linéaire et temps cyclique, retour à l'origine ou dilatation du temporel, remise en mémoire à partir du présent des ressassements, personnages vivant au rythme et à l'heure de leur époque. Le nom a une grande importance comme vecteur d'identité, signe de l'appartenance au groupe enracinement dans la généalogie mais il apparait parfois comme parodie du symbolisme chrétien ou marque de l'indétermination tandis que la nomination, fonction de puissance, devient synecdoque du roman. L’étude de la narration relevé l'inégalité des narrateurs, les réflecteurs multiples, le récit polyphonique. Surtout dans jazz le narrateur à part entière prend la parole et figure les intrusions de l'artiste. Par-delà la narration se font entendre la voix du texte et la voix de l'auteur. Enfin, l'étude aborde l'expression créatrice et les métaphores de l'écriture. Les thèmes récurrents de l'"artiste manquée" et l'expression collective de la communauté, l'envol et l'essor créateur, la pratique du conte et du chant la musique-métaphore. Soulignant le refus du cliché et l'œuvre ouverte, la conclusion débouche sur le recours assez constant à la différance et à la coexistence des sens possibles.

  • Titre traduit

    Writing techniques in Toni Morrison's novels


  • Résumé

    This dissertation deals with the writing techniques in Toni Morison’s six novels. First it applies to the division of the different sections of the text and its deep structure. This structure is depicted on the one hand, as a strategy alluding to "signification" and on the other hand as a mirror reflecting relationships between characters. This relationship, in turn, is considered as a path full of riddles and false tracks where sometimes linearity breaks out and the end remains open. Second, it shows the distinction between male's space and women's places. House, family and home all places, from a geagraphical stand point, are associated to an envionment proper to women as if these places aretheir stage of mobility. Whereas space of modernity, territories of "la grande migration" are supposed to be male's space. Still this study proves, with multiple examples from the novels, the possible discorder of the landmarks. Third, the framework and levels of times put up a theory of women's time and black time. In other words, the linear lived time and the cyclic one, including notions like return to origins, expansion of the temporal, call to memory the notion of transcending the past into the present. The name plays an important role in this study. It is presented as a broad hint to identity that is a sign of belonging to the group and anchored in the genealogy. But, at times, it appears as a parody of the christian symbolism or a mark of indetermination. Naming on the other hand goes beyond its role of power and becomes an indivisible part of the novel. The analysis of the narratives reveals the unequality of the narrators. In fact we find that, in jazz, the narrator is more present, more powerful and can also influence the reader's opinion. In jazz the narrator speaks and illustrates the artistic intrusions. Finally, the study speaks about creative expression, metaphor of working, the reccurents themes of "l'artiste manquée" and the collective expression of the community, including flight, creative expansion and the practice of oral communications (tales, chant, songs. . . ). Emphacising on the refusal of the "cliché" and "l’oeuvre ouverte", the conclusion leads to almost a constant use of the "differance" and to the coexistance of multiple meanings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (324 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 195 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Sections Droit et Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.