Dégradation de l'environnement forestier et réactions paysannes : les migrants tandroy sur la côte ouest de Madagascar

par Bertrand Réau

Thèse de doctorat en Géographie tropicale

Sous la direction de S. Singaravelou.

Soutenue en 1997

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La foret primaire, seche, caducifoliee de la cote ouest de madagascar constitue aujourd'hui un patrimoine vegetal en voie de disparition. La degradation observee des forets primaires du menabe central, notamment au sud de la kabatomena, est majoritairement le fait des migrants tandroy defricheurs, venus du sud de l'ile et pratiquant la culture itinerante du mais sur brulis. Les constats sont alarmants : sur les 61300 hectares de foret existant en 1960, il ne restait en 1994 que 24900 ha soit a peine 40% de la surface forestiere consideree. Au sud du fleuve mangoky, la situation est tout aussi inquietante : 45% de la surface totale de la foret mikea sont d'ores et deja detruits. C'est dans le contexte de l'economie en panne d'un etat en crise qu'il convient de replacer les pratiques et les comportements des migrants tandroy defricheurs. L'acces a la terre constitue un des defis majeurs a relever pour les migrants sans ressources. Les seules terres a conquerir sont celles que l'on peut arracher a la foret par le brulis. C'est bien la politique fonciere du pays tout entier qui est ici en cause. La motivation majeure des migrants tandroy est l'acquisition de zebus, aspiration culturelle absolue. C'est le sacrifice de la foret qui seul autorisera le sacrifice ceremoniel du boeuf. Des brulis pour des boeufs, telle est bien la justification majeure des pratiques devastatrices des tandroy defricheurs. D'ou une strategie deliberee d'alliances et de compromis avec les "tompontany", meme si celle ci doit engendrer quelques derives culturelles en matiere d'usages coutumiers ou de rituels ancestraux. Extirper les racines du mal, c'est avant tout se preoccuper de reelles perspectives de developpement durable sur les terres arides de l'androy, zone-depart des migrations predatrices. Elles seules peuvent conjuguer promesse du boeuf, recompense du tombeau et sauvegarde de l'environnement forestier.


  • Résumé

    The dry, deciduous primeval forest along the western coast of madagascar is today a vegetable patrimony on the brink of extinction. The confirmed degradation of the primeval forests of central menabe, particularly south of the kabatomena is mostly due to the tandroy migrants clearers from the south of the island who practise the migratory culture of corn on burnt-out clearings. The reports are alarming : out of the 153 250 acres of the 1960 forest there only remained in 1994, 62 250 acres that is a bare 40% of the amount. South of the mangoky river, the situation is just as serious : 45% of the whole mikea forest area have already been destroyed. The stalled economy resulting from the nation's crisis is in fact the context of the tandroy migrants clearers' habits end behaviour. For the resourceless migrants, access to the land stands as one of the major challenges to take up and the only land available can only be claimed from the burnt-out forest. The whole land policy of the country is what is actually to be blamed for this process. The chief purpose of the tandroy migrants is the purchase od zebus, a downright cultural aspiration. The sacrifice of the forest is for them the sole means to ensure the ritual sacrifice of the ox. Burning for cattle, such is the basic justification of the destructive customs of the tandroy clearers. Hence the deliberate strategy of alliances and compromises with the "tompontany" even if it is bound to generate a few cultural distortions as far as customs and age-old rituals are concerned. There is no eradicating the roots of the evil without, first and foremost, dealing with the real prospects for a lasting development of the barren lands of androy, which is the starting point of the galeful migrations. This is the only way to combine the possession of cattle, the reward of the funeral and the preservation of the forest environment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (371 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 340-352. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Bibliothèque de géographie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 1252
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.