L'antiquité vue dans la bande dessinée d'expression française (1945-1995) : contribution à une pédagogie de l'histoire ancienne

par Michel Thiébaut

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Monique Clavel-Lévêque.

Soutenue en 1997

à Besançon .


  • Résumé

    La bande dessinée, qui met en image l'antiquité, s'est développée après la seconde guerre mondiale. A la tradition religieuse, littéraire et scolaire, elle a d'abord emprunté ses sujets dans une perspective éducative marquée. La production est classée en récits véridiques ou en fictions, repartis en différents genres dont émergent la série Alix à caractère réaliste, et Astérix à caractère humoristique. Après 1968, avec l'assouplissement de la censure, la bande dessinée a été gagnée par l'érotisme et davantage de violence. En matière de figuration du monde antique, la bande dessinée invente peu. Les dessinateurs empruntent fondamentalement leurs modèles au XIXe qui a généré une importante production d'images, à une époque où l'école des beaux-arts avait un impact important sur le discours historique. Au XXe, cette imagerie a été proscrite de l'université, essentiellement attachée à une forme de discours plus conceptuel, fondé sur le verbe. Faute de trouver dans les livres des historiens français des images restituant le passé, les dessinateurs ont cherché d'autres modèles dans le cinéma et dans les ouvrages d'historiens anglo-saxons, plus favorables aux restitutions par l'image. En fonction de ces sources iconographiques, la bande dessinée impose une typologie des peuples de l'antiquité, identifiés d'après leur costume et leur habitat. Suivant ce mode de représentation, l'antiquité apparait surtout urbaine - le paysan n'y a pas sa place. Cette perception rejoint celle des manuels d'école primaire et secondaire, axes sur les civilisations méditerranéennes reconnues d'après une architecture somptuaire. Pour un grand nombre, cette vision fait écran à une approche plus scientifique du monde antique. Il convient donc d'en faire l'analyse critique, puis de concevoir d'autres images, plus satisfaisantes en regard des sources. Ce travail est conduit en cours d'histoire, en liaison avec des spécialistes, architectes et archéologues notamment.

  • Titre traduit

    Antiquity as it is seen in comic stips in frech speaking countries (1945-1995) : a contribution to the teaching of ancient history


  • Résumé

    The comic strip dealing with antiquity through images was developped after world war II. Its subjects were first derived from a religious, literary and academic tradition, in a strong educational perspective. Including either true stories or fictional works, the production was divided into various genres from which Alix, a realistic series, and Astérix, a humorous one, emerge. After 1968, when censorship became more flexible, the comic strip integrated elements of eroticism and violence on a larger scale. Regarding its representation of the ancient world, the comic strip was not very inventive. Its authors based their models on the important production of images generated in the XIXth century, at a time when l'ecole des beaux-arts greatly influenced the historical discourse. In the XXth century, this imagery was banned from the university, which took a more conceptual approach, based on the verb. As they were unable to find the images recapturing the past in the french historians' works, comic strip drawers turned to the cinema and anglo-saxon historians' works for other models favouring an image recreating approach. With respect to these iconographic sources, the comic strip provided a typology of ancient peoples through the parameters of dress and housing. As a result, antiquity was dealt with from a purely urban viewpoint, from which countrymen were absent. Such an outlook is mirrored in the primary and secondary school textbooks, in which the recognition of the mediterranean civilizations is achieved through their decorative architecture. This vision is largely criticized for hindering a more scientific approach to the ancient world. Such an outlook should be subjected to a critical analysis before conceiving other images that would be more in keeping with the sources. This work is being carried out in history classes, in collaboration with specialists, mainly architects and archaelogists.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (854 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.809-852

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1997.1022
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 215729
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2712
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : THIEBAUT
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 495

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.