Mémoire et culpabilité en Allemagne : contribution à l'étude du processus de deuil collectif allemand après le national-socialisme

par Pierre-Yves Gaudard

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Nicole Eizner.

Soutenue en 1995

à Paris 10 .


  • Résumé

    La thèse est une réflexion d'ensemble sur les effets de la culpabilité engendrée par le IIIe Reich sur la société allemande d'après-guerre. La première partie est consacrée à une réflexion sur la notion de deuil collectif. Elle insiste sur la dimension de compromis dynamique de la mémoire collective se démarquant ainsi de la conception halbwaschsienne de la mémoire. Il est question d'élaborer une théorie non-métaphorique de l'articulation entre mémoires individuelles et mémoire collective et se scruter plus précisément les processus d'agrégation des deuils individuels constitutifs d'un deuil collectif. La seconde partie est plus historique. Elle esquisse l'organisation du deuil collectif allemand dans les années suivant immédiatement la guerre (dénazification), puis compare les politiques de deuil menées dans les deux états-allemands. La troisième partie est consacrée à l'analyse de la mécanique générationnelle du deuil collectif allemand. Elle met l'accent sur les conflits de génération et les héritages de culpabilité dans la société ouest-allemande. La dernière partie de la thèse enfin prolonge et approfondit les observations esquissées dans les deux parties précédentes. Elle est centrée sur quelques formes remarquables du deuil collectif chez les héritiers: terrorisme, une certaine forme d'antisionisme, pacifisme, engagement écologique et féminisme.

  • Titre traduit

    Memory and culpability in Germany : a contribution to the study of the German collective mourning process after national-socialism


  • Résumé

    This study is a general reflexion about the effects on German post-war society of the sense of culpability generated by the third Reich. The first part is an interrogation about the notion of collective mourning process. It insists on the dynamic dimension of the compromise of memory as opposed to the conception of memory elaborated by Maurice Halbwachs. The objective is to develop a non-metaphoric theory of the articulation between individual memories and collective memory and to examine thoroughly the process by which individual mournings are aggregated into collective mourning. The second part is more historical. It gives the outlines of the organization of the German collective mourning process immediately after the war ("denazification") and compares the mourning policies in the two German states. The third part is an analysis of the intergenerational dimension of this mourning process. It studies the conflicts between generation and the legacy of culpability in west-German society. The last part of the study is centered on some remarkable forms of the German mourning process among the "heirs" : terrorism, a specific form of antisionism, ecological commitment and feminism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (320 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.308-314. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paul-Valéry. UFR Sciences du sujet et de la société. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TS-1995-02
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T95 PA10-181
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.