Le rite et la licence dans la comédie européenne de la renaissance et de l'époque baroque : (thèmes, motifs, situations relatifs à la sexualité, au mariage et à la vie de famille)

par Jacqueline Sessa

Thèse de doctorat en Théâtre

Sous la direction de Robert Abirached.

Soutenue en 1995

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse propose, après délimitation chronologique et géographique du corpus, une définition de la comédie, expression du défoulement carnavalesque au sens le plus large du terme, mais également d'une morale collective. L'existence d'un pharmakos comique, expulse ou châtie avant que ne se déroulent les rites de fertilité, assure une structure initiale de laquelle ne s'écarteront expressément que quelques sous-catégories. La première partie, dans une perspective historique, démontre à la fois la permanence et l'évolution du travesti des deux sexes, d'abord transgression des lois religieuses puis simple élément d'intrigue. Le passage de certains schémas de l’Italie a la France, l’Espagne ou l’Angleterre permet d'étudier la différence de traitement esthétique (burlesque ou romanesque des situations), mais aussi les degrés de licence tolèrent dans les différents pays ou la sublimation des dramaturges eux-mêmes. La deuxième concerne plus précisément les affrontements à l'intérieur du cercle familial ; rivalité père fils puis luttes conjugales, au nom d'une morale assez floue ou la notion de "nature" semble l'emporter sur les règles imposées par les églises ou les états. La troisième partie démontre la volonté de réconciliation dans et par la comédie : le mariage, qui en constitue le dénouement naturel, peut-être inverse en fausses noces ou en divorce bouffon. Les fêtes traditionnelles, premier mai, Saint-Jean, marquent encore la survivance des rites de fertilité.

  • Titre traduit

    The rite and its breach in renaissance and baroque european comedy : (themes, motives, situations related to sex, marriage and family life)


  • Résumé

    This thesis intends, after setting chronological and geographical bounds to its corpus, to give a definition of comedy, as an expression of carnivalesque release, in the broadest meaning of the phrase, as well as of public morals. The existence of a comic pharmakos. Expelled or punished before the fertility rites are accomplished, initiates a pattern from which few subcategories actually differ. The first part, in a historical approach, demonstrates both the permanence and evolution of the male and female disguise, first a transgression of religious rules then a mere plotting device. The transferring of some schemes from Italy to France, Spain or England, allows one to examine the differences in aesthetic treatments (burlesque or romantic situations) and also the degrees of freedom permitted in the various countries or the sublimation by the dramatists themselves. The second part deals more precisely with the struggles inside the family circle: competition between father and son, conjugal strife’s - and their assessment on the grounds of rather dim morals where the idea of nature seems predominant over the rules of either churches or states. It studies rough music as a burlesque means of punishment. The third part demonstrates the desire for reconciliation in and by the means of comedy: the wedding, its specific catastrophe, may be inverted into false nuptials or ludicrous divorce. Traditional festivals, May Day, midsummer, also point to the survival of fertility rites.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (990 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 951-970

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 95 PA10-003
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.