La violence faite aux femmes et aux enfants : étude ethno-psychologique en région lyonnaise : approche comparative avec la société traditionnelle de Nouvelle-Calédonie

par Dominique Perrachon

Thèse de doctorat en Lettres. Tradition et modernité

Sous la direction de Jean Girard.

Soutenue en 1995

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Les femmes subissent des violences au sein desquelles le viol tient une place particuliere. Le suicide est une reponse a cette violence. La folie de la foule est un signe de l'importance du phenomene. Depuis le moyen-age, malgre les ruptures de la renaissance et de la revolution, la denomination legale de l'homme s'exerce jusqu'a nos jours sur la femme. Des enfants sont battus, abuses, dans tous les pays, dans tous les milieux, dans la famille, a l'ecole. Pour que l'enfant soit respecte, il faut affirmer qu'il est une personne, sujet de droit. De nombreux etats ont ratifie la declaration des droits de l'enfant (ceux-ci emergeant a partir du dix-neuvieme siecle grace a un arsenal juridique qui tend a lui donner la parole en tant qu'individu). L'etude de la societe canaque de forme tribale permet d'observer d'un regard different le probleme de la violence vis-a-vis des femmes et des enfants. La pression du clan reduit l'autonomie de l'individu. Le passage a la religion chretienne a peu change les comportements a savoir : "l'individu en tant que tel n'existe pas". Violences intime et sociale ont longtemps ete la regle pour la femme comme pour l'enfant. L'evolution vers un droit de la femme et de l'enfant est recente et inegale. Cet etat de fait n'est pas satisfaisant et pose un certain nombre de questions.

  • Titre traduit

    The violented children and women. An ethno-psychological study in the lyon's area. A comparative approach with the traditional society in new-caledonia


  • Résumé

    Women suffer from violences of those rape tackes a particular place. Suicide is an ansver to this violence. The crowd's craziness is a sign of the phenomenan's importance. The man's legal domination over woman has been taking place since the middle-age despite the fractures of the renaissance and revolution periods. Children are abused and beaten in all countries and social classes, in every family and at scholl. To respect the child, it must be asserted that be is a person and a subject vis-a-vis the law. Many countries ratified the declaration of the child's rights. Those rights have emerged as from the nineteenth century thanks to a juridic arsenal which tends to allow the child to express his wiew as a person. The study of the tribal canaq society gives the possibility to observe the violence's problem vis-a-vis children and women with another wiew. The clan's pressure redives the person's autonomy. When passing the christian religion behaviour have little changed, i. E. "a human being as a person doesn't exist". For long, private and social violences have been the institued rule for woman as for child. This state does not give satisfaction and raises some questions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 440 f.
  • Notes : THESE NON CORRIGEE
  • Annexes : Bibliogr. f. 414-440

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.