Contribution à une problématique de l'ontologie sociale phénoménologique à partir de Husserl

par Lazare Ki-Zerbo

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-François Courtine.

Soutenue en 1994

à Poitiers , en partenariat avec Université de Poitiers. UFR de sciences humaines et arts (autre partenaire) .

Le jury était composé de Monique Castillo, Claudie Lavaud, François Laruelle.


  • Résumé

    L'ontologie sociale phénomenologique traite de l'unité constitutive des collectifs sociaux. Dans l'ontologie politique classique, on parle ainsi, depuis pufendorf (droit naturel et droit des gens), de personnes morales. Notre contribution a une problématique de l'ontologie sociale phenoménologique a partir de husserl envisage cette thématique sous l'angle de deux schèmes d'unification des multiplicités numériques enracinés dans une souche textuelle enfouie : la philosophie de l'arithmétique (1890). Le premier schème est un schème constructiviste, portant par conséquent la triple marque du mathématicien Konecker, de Hobbes mais aussi du maitre Franz Brentano, dont la psychologie descriptive s'oppose au criticisme formel kantien. C'est la liaison collective qui permet a la phénomenologie de se déployer comme machine de guerre contre l'ontologie politique classique articulée a la catégorie de l'état. La communauté constituée dans l'immanence des liaisons interhumaines l'emporte sur l'objectité logico-politique transcendante. Cette lecture se fonde sur l'annexe xviii du volume des husserliana, et le manuscrit f1 28 consacré a Hobbes. Nous l'étudions également chez A. Schutz, Sartre et Proudhon. Le second schème se définit comme unification figurale se transcendant dans l'objectité sociale meta individuelle. C'est la multiplicité sensible ou qualité-de-forme (gestalt).

  • Titre traduit

    Contribution to a phenomenological social ontology (Husserl, Schutz, Gurwitsch, Sartre, Proudhon)


  • Résumé

    The study begins with the philosophy of the arithmetic. Husserl's first book, it is suggested that this pre-phenomenological work develops two concepts of number, which could be found in other phenomenological social philosophies : the number as collective bound (kollektive verbindung), and the number as quality of form (gestalt qualitatsee miller : numbers in presence and absence) : these two concepts induce two types of social philosophies : a nonholistic, constructive philosophy (Schutz, Sartre, Proudhon). A philosophy of the community as a social beeing as such (Hobbes, C. Schmitt, Gurwitsch). We finally announce a further meditation on the relation between the collective bound, found by Husserl in J. Stuart Mill's logic with the federalist principles and nominalism (Althusius, Madison) ; the transcendance of the personnality of higher order brings us a back to a philosophy of the political unity and sovereignity of the political body (Hobbes, Hamilton). There are also two other directions for a wider study on the subject : the relations between the figural number of the second type and the works of Carl Stumpf or Alexius Meinong

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (424 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 731 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-1994-4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.