Diderot philosophe : Lumières, nature, raison

par Éliane Martin-Haag

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Claire Salomon-Bayet.

Soutenue en 1992

à Paris 1 .


  • Résumé

    Diderot théorise la notion de style philosophique. Penser revient toujours à imaginer, et le procès de la métaphysique dogmatique s'identifie a une critique de la raison discursive ou de l'imaginaire analytique, auxquels il faut substituer une nouvelle dialectique, qui s'inspire des traditions sceptique, néoplatonicienne et aristotélicienne. L'œuvre de maturité élabore un atomisme qui abolit la distinction de la nature et de la matière, en s'appuyant sur le postulat de la continuité qui a été soutenu par les philosophes de Cambridge, tels que Cudworth : Bayle et Voltaire confirment que l'atomisme athée a sa source dans la pensée néoplatonicienne de l'ordre. Cette pensée réapparait dans les savoirs vitalistes du XVIIIe siècle. Maupertuis et les tenants de l'école de Montpellier conservent le concept de nature plastique, au double sens de pensée inconsciente et de raison séminale. Diderot retravaille ce concept afin de penser un ordre sans finalité, et de rationaliser l'hylozoïsme. Enfin, le matérialisme se présente comme une métaphysique non dogmatique parce qu'une induction rationnelle se reconnait à la capacité d'être critiquée ou réfutée. Diderot identifie l'historicité et la rationalité des hypothèses : le matérialisme rend compte des progrès de la philosophie expérimentale, de l'histoire de la raison morale et de l'histoire de l'art.

  • Titre traduit

    Diderot the philosopher : enlightment, nature, reason


  • Résumé

    Diderot theorizes the notion of philosophical style. Thinking always comes down to imagining, and finding fault with dogmatic metaphysics can be equated with criticizing discursive reason or analytic imaginary, for which a new dialectic must be substituted, inspired by sceptic, neoplatonic and aristotelian tradition. The works of his mature years build up an atomism which abolishes the distinction between nature and matter, using the postulate of continuity upheld by the Cambridge philosophers such as Cudworth : Bayle and Voltaire reaffirm that atheistic atomism has its sources in the neoplatonic notion of order. This idea crops up in eighteenth century vitalism. Maupertuis and the supporters of the Montpellier school keep the concept of plastic nature both as unconscious thought and seminal reason. Diderot rethinks this concept so as to conceive an order without finality, and to rationalize hylozoism. Finally materialism appears as undogmatic metaphysic because the caracteristic of rational hypothese is that it can be criticized or disproved. Diderot identifies historicity with rationality : materialism accounts for the progress of experimental philosophy, of the history of moral reason, and the history of art.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (723-V f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 694-712

Où se trouve cette thèse\u00a0?