Recherches sur le dix-huitième siècle, les lumières et la franc-maçonnerie

par Charles Porset

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean Ehrard.

Soutenue en 1992

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Résumé

    Recherches sur le 18e, les lumières et la franc-maçonnerie. Ces recherches partent de la révolution galiléenne et en étudient les effets au 18e. L'effondrement du cosmos antique et médiéval conduit à une réorganisation des rapports entre Dieu, le monde et les hommes. Le déisme, tel qu'il s'exprime chez Voltaire représente cette voie moyenne entre l'orthodoxie et l'athéisme qu'emprunteront les lumières ; pareillement, la franc-maçonnerie qui s'invente alors, accuse réception de cette sécularisation du sacré qui, tout au long du siècle animera le combat des philosophes ; par ailleurs, en faisant des mots les signes de la pensée, la grammaire générale créera les conditions d'une science du langage. En postulant la rationalité du réel, le renversement galiléen invite à une révolution du regard : si l'apparence n'est plus l'essence, et Dieu n'est plus Dieu -fondement du savoir-, seule l'expérience est en mesure de fonder la science, les lumières délimitent ainsi l'espace d'une phénoménologie, substituant la science de l'homme en tant qu'homme à la science de l'être en tant qu'être de la tradition

  • Titre traduit

    Studies on eighteenth century, the "lumières" and free-masonry


  • Résumé

    Taking as its point of departure the galilean revolution, this research investigates its effects in the 18th century. The breakdown of the antique and medieval cosmos led to the reorganisation of the relation between god, the world and men. The deism aseexposed by voltaire is the middle-way between orthodoxy and atheism taken by the "lumieres". Likewise, by declaring men to be the sole object and purpose of men, the freemasonry, then establishing itself, acknowledged that secularisation of the sacred which was to animate philosophical debate throughout the century ; in a different field, general grammar, by claming words to be the signs of thought, was creating the conditions for the development of a science of language. By postulating the rationality of the real, the galilean breakthrough led to a revolution in the ways of seeing ; if appearance was no longereessence and god no longer - the foundation of all knowledge -, the experience alone could be at the basis of science. In this way the "lumieres" delimited the space of a new phenomenology, substituting the science of man as man for the science of beeing as a beeing of tradition

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 8 vol. (pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 270110 1992 POR (1 à 8)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1992CLF20040
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.