La cartographie à Rome

par Pascal Arnaud

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Pierre Grimal.

Soutenue en 1991

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette thèse s'attache à replacer la cartographie romaine, méconnue, dans son contexte social, culturel et politique. On analyse donc d'abord la typologie, à travers le lexique grec et romain, puis à travers les modèles de référence grec, médiéval et arabe, susceptibles de permettre l'élaboration de cette typologie. Celle-ci met en évidence l'existence de plusieurs modes différents de représentation cartographique du réel. On aborde ensuite le problème de la construction des cartes, à travers l'étude des cartographiques et des conventions propres aux cartes anciennes (échelle et déformations, trace, légendes et iconographie). On constate alors l'absence de véritables conventions, au profit de codes empruntés à la peinture. On se demande alors quelle pouvait être la place d'une telle cartographie dans l'administration romaine, et l'on étudie successivement les plans cadastraux, agraires ou urbains, la cartographie militaire, apparemment peu répandue, la "table de Peutinger", dont le prototype ne semble pas antérieur au milieu du 3e s. , et l'œuvre d'Agrippa, dont les fragments sont l'objet d'une nouvelle édition. Au bout du compte, la cartographie semble avoir été peu diffusée, et souvent de mauvaise qualité. Elle avait moins pour fonction d'être utile que de célébrer les qualités morales du commanditaire ou l'universalité de l'empire.

  • Titre traduit

    Roman Cartography


  • Résumé

    The study first deals with the problem of naps typology in ancient times. One will find an analysis of Greek and roman words for "map". The relations between Greek, medieval, Arab and roman cartography are then re-examined. Evidence is thus provided for the existence of several kinds of maps which use different mimesis. Close either to geometry or to picture. The author then turns himself to the study of map-construction, giving special attention to the personality of known cartographers, and to cartographical conventions, such as scale, deformations, design, pictorial elements and manuscript conventions. Roman cartography then doesn't seem to be organized by special conventions. It has, instead, a lot do deal with painting as an art. Using maps for practical an administrative purpose in the roman world, land-, town- and aqueduct's survey maps, and military cartography are examined as well as the so-called "tabula Peutingeriana" and the geographical work of Marcus Agrippa (with a new edition of the fragments). We shall then conclude that roman cartography is somewhat closer to medieval cartography than to the Greek one, and less practical than moralized.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 2094

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : L.5670
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA4.LETT.1991
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/884
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.