Folies et fous dans la pensee platonicienne

par Éric Debarbieux

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Jackie Pigeaud.

Soutenue en 1991

à Grenoble 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Trois mecanismes da la folie sont etudies dans les dialogues platoniciens, lies a des representations anciennes. La folie de privation est deconnection de l'intellect, privation des limites anthropologiques et psychologiques. La folie de transgression temoigne d'un etat d'esprit special qui pousse au crime. La folie de possession est surtout envahissement de l'esprit par la passion. Plusieurs types d'hommes sont particulierement menaces par ces folies* ils sont aux frontieres de l'humanite et de la cite. C'est le cas du tyran, proche du sophiste, qui est essentiellement un "naturel-philosophe" perverti: c'est parce qu'il est le meilleur que l'homme doue des plus grandes qualites risque de se perdre, de sombrer dans l'animalite par suite d'un aveuglement du aux flatteurs et au plaisir. C'est d'ailleurs le plaisir, qui englue dans le sensible, qui apparait cause de la folie dans un systeme etiologique large. La reconnaissance des "folies divines" n'est en fait qu'epuration de l'irrationnel, detachement du sensible, reconnaissance du rationnel dans le discours inspire. Tout le traitement philosophique de la folie est cette epuration: par l'eugenisme, par la logotherapie, par la loi. C'est la philosophie qui a pense la folie, pas la medecine, et c'est une des grandes taches de la philosophie de devenir une cure des ames.

  • Titre traduit

    Madnesses and madmen in the platonic thought


  • Résumé

    Three mechnisms of the madness are studied in the platonic dialogues, dependent on ancient representations. The madness of deprivation is disconnection of intellect, deprivation of the anthropological and psychological limits. The madness of transgression testifies a state of special spirit which leeds to the crime. The madness of possession is especially invasion of the spirit by passion. Several types of man are particulary threatened by these madnesses; they are at the borders of humanity and the city. It is the case of the tyrant, near to the sophist, who is primarily a perverted philosophical naturalness. It is because he is the best than the gifted man of greatest qualities is likely to lose himself, to think in the animality in consequence of a blindness by flatterers and pleasure. The pleasure, which limes in the tangible world, appears cause of the madness in a broad aetiological system. The recognition of the divine madnesses is in fact only purification of irrational, detachment of tangilbe world, recognition of rational in the inspired speech. All the philosophical treatment of madness is this purification: by eugenetics, by logotherapy, by law. It is the philosophy which thought madness, not medecine, and it is one of the great tasks of the philosophy of becoming a cure of the souls.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : THESE NON CORRIGEE
  • Annexes : Bibliographie

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque et appui à la science ouverte. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.